Montréal. Le réveil d’une ville…

Pour la seconde journée consécutive, Montréal a eu droit (enfin) à des températures de saison donnant véritablement le coup d’envoi du printemps dans la métropole québécoise. 

par Alexandre Gagné

C’est sous un ciel parfaitement bleu et une température de 13°C que les Montréalais ont envahi les rues et les principales places publiques de la ville.

mav_evox
Photo Instagram: mav_evox

Dès le début de la journée, les premières terrasses ont été ouvertes pour le plus grand bonheur des Montréalais, comme ici sur la rue Crescent où se pressaient également de nombreux touristes – des Français pour une bonne part – de passage.

Capture d’écran 2018-04-22 à 15.52.10
Photo Instagram: shpopulus

Les sportifs ont aussi profité du soleil pour prendre d’assaut les pistes cyclables et les parcs de la ville, comme le Mont-Royal, encore engourdis par l’hiver. Même si la végétation est encore bien discrète, les chauds rayons ont permis le plein d’énergie et de vitamine D.

Ce retour du beau temps a aussi été l’occasion de relancer les dimanches «tam tam» au pied de la montagne autour du monument-hommage à Sir George-Étienne Cartier. Jeunes et moins jeunes s’y étaient donnés rendez-vous pour profiter du bon temps.

 

Capture d’écran 2018-04-22 à 16.02.39
Via Instagram – Cliquez pour visionner

Une ville en chantier

Plus au sud de la ville, les nombreuses grues dans le paysage nous disent que la ville se développe. Dans l’ancien quartier ouvrier de Griffintown, les immeubles de condominiums continuent de pousser comme de véritables champignons. Situés en bordure du canal Lachine, les immeubles offrent une vue imprenable sur le centre-ville et le canal.

IMG_9487
Photo: A. Gagné | 22 avril 2018

Le canal Lachine, administré par le gouvernement fédéral, est actuellement fermé à la navigation. Le niveau d’eau est à son plus bas et la vue qu’il offre ces jours-ci n’est pas la plus belle. Les berges sont jonchés de débris et sous la passerelle du marché Atwater, de nombreux paniers d’épicerie s’empilent au fond de l’eau.

Au cours des prochaines semaines, le niveau d’eau sera rehaussé ce qui permettra de cacher ces horreurs, mais surtout la reprise de la navigation de plaisance à compter du 18 mai. Ce bas niveau d’eau n’a cependant pas empêché, ce dimanche, un groupe de sportifs de mettre canots et kayaks à l’eau pour un petit entraînement.

IMG_9494
Photo: A. Gagné

Les traces de l’hiver ont presque déjà été toutes effacées du centre-ville. En bordure du canal Lachine, il restait bien, ce midi, un dernier vestige du long hiver près d’une future place publique dite « éphémère ».  Éphémère pour cette année, car derrière cette première expérience se cache un projet plus ambitieux à l’horizon de 2020.

IMG_9492
Photo: A. Gagné

Aujourd’hui, il y avait beaucoup d’action sur le site où deux anciens wagons du métro de Montréal, des MR-63, ont été transportés pour servir de lieu de rencontre dédié « à la découverte des talents de Montréal ».

Derrière ce coup, un organisme à but non lucratif appelé justement MR63 qui souhaite créer un point d’intérêt iconique en réutilisant d’anciens wagons du métro de Montréal.

Le site s’appellera d’ailleurs «MR63». Il devrait ouvrir le 16 mai. Un wagon servira de galerie d’art pour faire découvrir des artistes montréalais. On y retrouvera aussi un petit bistro où les bières de micro-brasseries seront à l’honneur ainsi qu’un café.

IMG_9490
Photo: A. Gagné

Situé à proximité de la rue Peel, l’endroit devrait être un incontournable de l’été pour les Montréalais et résidents du secteur.

Ce dimanche 22 avril, Montréal a repris vie et l’approche de la belle saison redonnera à coup sûr à la ville son caractère animé et effervescent qui fait la fierté de la métropole.

IMG_9495
Photo: A. Gagné

Climat. Le Québec à la recherche de son printemps

L’annonce d’une nouvelle dépression météorologique majeure sur le Québec pour les prochains jours et cela en plein mois d’avril suscite une certaine exaspération dans la province alors que les beaux jours du printemps devraient normalement être au rendez-vous. C’est la 5e année consécutive que les Québécois ont la triste impression de passer directement de l’hiver à l’été, et la situation pourrait perdurer jusqu’en 2024-2025. Explications.

Par Alexandre Gagné

Neige, verglas, grésil, pluie…voilà le cocktail météorologique qui attend la vallée du Saint-Laurent entre les 13 et 17 avril. L’instabilité du climat et les nombreuses variables en cause rendent difficile l’établissement de prévisions exactes. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne fera pas beau (encore) au cours de la fin de semaine.

Les quantités de pluie dans le long du St-Laurent pourraient aller de 50 à 100 mm, suffisamment pour faire gonfler les cours d’eau et le fleuve lui-même qui est déjà à un niveau élevé.

Capture d’écran 2018-04-11 à 21.41.03 Capture d’écran 2018-04-11 à 21.41.36

On le sait, la météo anime les conversations au Québec. C’est un trait culturel associé à la rigueur historique du climat. Depuis quelques années, l’impression générale est qu’il n’y a plus de ces printemps où mars apportait douceur et avril, chaleur et joie de vivre.

Cette impression est malheureusement supportée par les observations et relevés météorologiques.

LES CONSTATS

Jusqu’à présent, le printemps 2018 (mars et début avril) offre des températures nettement sous les normales pour cette saison.

« En termes de température, on est en dessous des normales de manière significative. En date de mardi, dans le sud du Québec, on est entre 4 et 6 degrés en dessous des normales. Vers Québec, on est à 10 degrés en dessous des normales », confirme un expert d’Environnement Canada interrogé par La Presse.

Mars 2017 avait été également froid au Québec, avec des températures à 1°C sous la normale. Mars 2016, 2015 et 2014 avaient tous été froids. « Ces débuts de printemps froids constitueront-ils la nouvelle normale? », se demande le ministère de l’Environnement dans ses Faits saillants météorologiques.

La situation n’est pas plus rose pour les mois d’avril passés. Le mois d’avril 2017 était le 7e mois d’avril consécutif et le 4e du duo mars-avril consécutif sous les normales. Le ministère de l’Environnement estime à ce moment que « cette séquence de printemps frais est d’autant plus particulière que cette anomalie négative n’était que la troisième des douze derniers mois ».

Mai 2017 n’a pas été très beau non plus dans le sud de la province. La pluie a été très abondante. En 2016, même constat: températures sous les normales et présence de neige tardive.

Bref, les chiffres parlent d’eux-mêmes, les printemps ont pratiquement disparu du Québec. Mais pourquoi ?

LES HYPOTHÈSES

Une séquence de quelques années est certes insuffisante pour dégager une tendance nette en climatologie. Il faut généralement une dizaine d’années, voire 30 ans pour poser un diagnostique certain. Néanmoins, quelques phénomènes méritent notre attention et pourraient expliquer ce qui se passe actuellement au-dessus de nos têtes.

1- Les courants de l’océan Atlantique

Dans deux études parues cette semaine dans la revue scientifique Nature, des experts du climat confirment que la circulation des courants océaniques dans l’Atlantique est à son plus faible niveau depuis 1600 ans. Ils pointent comme responsable la fonte des glaciers dans l’Arctique. La circulation thermohaline consiste en une remontée des eaux chaudes des zones tropicales de l’Atlantique vers le Nord grâce au Gulf Stream avant de repartir vers le sud, après avoir été refroidis.

Comme les dépressions météorologiques sont notamment alimentées par la température de l’eau, « si le système continue de faiblir, cela pourrait perturber les conditions météorologiques depuis les États-Unis », indique une des études. Mais la dynamique océan-atmosphère est complexe.

2- L’Oscillation nord-atlantique (NAO)

L’autre indicateur surveillé de près par les spécialistes du climat est l’oscillation nord-atlantique (NAO). C’est en quelque sorte le El Nino / El Nina que l’on retrouve dans le Pacifique, mais à la différence ici que le phénomène est continu et non épisodique.

Le NAO mesure mensuellement la différence de pression atmosphérique en deux points: aux Açores et en Islande. Un indice, positif ou négatif, est ensuite produit. Il en résulte ainsi des influences. Dans la phase positive, sur le nord et l’est du Canada, les hivers sont plutôt froids et secs. Le long de la côte Est des États-Unis, ils sont plutôt doux et humides. Dans la phase négative, la côte Est du continent nord-américain subit plus d’épisodes froids et de chutes de neige, ce qui serait actuellement le cas.

NAO_NOAA
Source: NOAA

3- L’état du Soleil

Le Soleil est observé depuis l’époque de Galilée et les scientifiques ont une assez bonne connaissance depuis son observation continue remontant à 1755. L’activité du Soleil, qui se mesure notamment par le nombre de taches sombres à sa surface, suit un cycle de 11 ans.  Ainsi, quand le Soleil a de nombreuses tâches noires visibles à sa surface on dira qu’il est en forte activité et quand les taches se font rare qu’il est en faible activité. La corrélation activité du Soleil et climat ne fait cependant pas l’unanimité dans les milieux scientifiques car l’absence d’instruments adaptés rend difficile les observations à ce chapitre.

Toutefois, une étude publiée en 2011 semble confirmer « un effet local » de l’activité solaire sur le climat de certaines régions.

Historiquement, des corrélations ont été faites à au moins deux reprises entre une faible activité solaire et des conditions climatiques difficiles. Ce fut le cas entre 1645 et 1715, pour la période appelée «minimum de Maunder», du nom du scientifique qui a étudié le phénomène. Durant cette période, les températures ont chuté en Amérique du Nord. Ajouter à cela les effets des courants marins et le territoire s’est retrouvé avec de graves problèmes dans l’agriculture.

La situation a été observée une seconde fois de 1790 à 1830, dans ce qu’on appelle le «minimum de Dalton». Encore une fois, les conditions climatiques ont été difficiles au Québec au point de provoquer des disettes certaines années.

Capture d’écran 2018-04-11 à 22.39.27

 

Actuellement, l’activité du Soleil est dans un nouveau creux depuis quelques années. Le 24e cycle solaire actuel a débuté en 2008 et devrait prendre fin l’année prochaine avec son creux maximal. Selon l’interprétation des données qu’en fait le physicien américain à la retraite, James A. Marusek, nous sommes actuellement en transition vers le cycle 25. Il faudra, selon lui, ensuite quelques années avant que le Soleil ne retrouve un niveau élevé d’activité, probablement autour de 2024-2025.

De 2016 à 2024, Marusek parle d’un «grand minimum» comparable à celui de «Maunder»  où il y aura « une augmentation de la couverture nuageuse océanique et une baisse progressive des températures globales ». Pire, il évoque « de très violentes tempêtes d’hiver » et « des hivers extrêmes qui peuvent raccourcir la saison de croissance des récoltes provoquant pénurie et famines ».

Déjà en 2009, le spécialiste avait publié une série d’articles traitant justement de la menace d’un grand minimum solaire et de la nécessité d’avoir un plan d’urgence pour s’y préparer.

Conclusion

Bref, ces données semblent confirmer le sentiment général que le printemps n’existe plus au Québec, sans compter des étés où la chaleur n’est pas constante. Que faire ? Fort peu pour changer la situation, excepté pour accepter les aléas du climat.

Mais le pire pourrait être à venir à compter du cycle 26, vers 2030. Contrairement à Marusek, une étude britannique pense plutôt que c’est durant ce cycle que l’hémisphère Nord pourrait connaître une sorte de « petit âge glaciaire ».

Il ne reste donc plus beaucoup de temps pour s’y préparer collectivement.

Les Uniformes Sauvé en faillite

Les Uniformes Sauvé, un des plus importants fournisseurs d’uniformes scolaires pour les élèves du Québec, est en faillite, a appris Point Info

par Alexandre Gagné

L’entreprise qui regroupe aussi les Vêtements Piacente s’était placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers il y a un mois. Dans un communiqué publié aujourd’hui, le président de l’entreprise, François Bovet, précise qu’il n’a pas déposé de proposition d’entente aux créanciers comme le prévoit la loi.

1503028-uniformes-sauve-annonce-cette-semaine
Photo via Archives La Presse

Il affirme depuis 30 jours avoir « exploré toutes les possibilités afin de permettre aux entreprises de poursuivre leurs opérations, mais sans succès ».

Ainsi, ajoute-t-il, les entreprises qu’il dirige seront officiellement en faillite dès lundi matin. Cette annonce va forcer plusieurs établissements scolaires à ce trouver un nouveau fournisseur rapidement avant la fin de l’année scolaire.

M. Bovet invite d’ailleurs les écoles touchées à aviser les parents de la fermeture immédiate de ses commerces de même que de son site internet qui a été tout simplement débranché.

Capture d’écran 2018-02-09 à 15.10.53
Le site Web de l’entreprise est désormais fermé

François Bovet, à la tête des Uniformes Sauvé, est l’arrière-petit-fils du fondateur de la célèbre enseigne québécoise Bovet, qui a fermé ses portes en 2016. L’été dernier, dans une entrevue au quotidien La Presse, M. Bovet avait précisé que ses entreprises fournissaient une centaine d’établissements scolaires, tant publics que privés, représentant quelque 50 000 élèves, partout au Québec.

 

Les nouvelles du 3 janvier 1918

C’était il y a 100 ans. Voici vos nouvelles du 3 janvier 1918.

par Alexandre Gagné

En manchettes aujourd’hui:

  • Les premiers conscrits de toute la province doivent se rapporter depuis ce matin.
  • Le maire de Québec sera candidat à sa propre succession.
  • La Laiterie Brookside Dairy rasée par le feu à Québec.
  • Un pompier de Québec plaide coupable pour de fausses alarmes incendies.
  • Deux horribles drames secouent Laval et Sherbrooke.

Tous les détails dans ce grand bulletin:

–» Retrouvez les jours précédents ici

–» Suivez-moi sur Facebook !

ARCHIVES DU JOUR

Capture d’écran 2018-01-02 à 23.16.20

La Presse 3 janvier 1918

Les nouvelles du 2 janvier 1918

C’était il y a 100 ans…Voici vos nouvelles du 2 janvier 1918.

par Alexandre Gagné

En manchettes aujourd’hui:

  • Les premiers conscrits, de Rimouski, Québec et Montréal, devront se rapporter dès demain.
  • Vague d’incendie dans la province: la chapelle de Limoilou détruite par le feu à Québec et St-Hyacinthe évite de justesse une conflagration.
  • Le froid intense encore présent partout sur le Québec.

Bonne écoute !

N’hésitez pas à me suivre sur Facebook ici 

ARCHIVES DU JOUR

En complément, voici quelques extraits de la presse écrite de ce 2 janvier 1918.

Capture d’écran 2018-01-01 à 09.58.46
Source: La Presse
Capture d’écran 2018-01-01 à 12.24.45
Source: La Patrie

 

Capture d’écran 2018-01-01 à 12.35.23
Source: Le Devoir
Chapelle2
Source: La Patrie
Capture d’écran 2018-01-01 à 09.38.57
Source: Le Devoir

Les nouvelles du 1er janvier 1918

C’était il y a 100 ans… Voici vos nouvelles quotidiennes du 1er janvier 1918.

par Alexandre Gagné

En manchettes aujourd’hui:

  • Chute de la construction en 1917 à Montréal.
  • Les pompiers dressent leur bilan de la dernière année.
  • Et froid polaire sur la métropole.

Bonne écoute !

 

Les anniversaires de l’année 2018

L’année 2018 qui débute sera l’occasion de souligner l’anniversaire de plusieurs événements du passé qui ont marqué l’histoire du Québec et de Montréal. Voici une compilation des principaux événements à souligner.

par Alexandre Gagné

Janvier

Verglas
La crise du verglas de 1998. Photo: Journal de Montréal

2 – 100e anniversaire de l’incendie de l’Aréna de Westmount. Le Canadien jouera maintenant ses parties de hockey à l’amphithéâtre du Jubilé comptant 3200 places.
6 – 20e anniversaire de la crise du verglas.
13 – 100e anniversaire du décret de l’Assemblée nationale permettant aux femmes et aux filles de travailler de nuit dans les usines en raison de la guerre.
17 – Débat à l’Assemblée nationale du Québec sur une motion de Joseph-Napoléon Francoeur relativement à une éventuelle sécession du Québec sur la question de la conscription.
27 – 40e anniversaire de la fermeture du grand magasin Dupuis Frères.
29 – 35e anniversaire de la tenue de la 1re Fête des Neiges à Montréal.

Février
Ce mois-ci: 90e anniversaire du premier numéro du journal Les Affaires.
14 – 100e anniversaire de l’incendie criminel de l’orphelinat des Soeurs Grises faisant 53 morts.
22 – 50e anniversaire de la création de Radio-Québec devenu Télé-Québec.

SoeursGrises
L’incendie du couvent des Soeurs Grises en février 1918

Mars
15 – 175e anniversaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).
28 – 100e anniversaire du début des émeutes de Québec liées à la conscription (jusqu’au 1er avril).
31 – 80e anniversaire de création de l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal par le Dr Armand Frappier.

Avril
2 – 90e anniversaire du référendum sur l’introduction de l’heure d’été à Montréal. Vote en faveur à 57,5%.
2 – 100e anniversaire de la réélection du maire de Montréal, Médéric Martin.
6 – 55e anniversaire de l’incendie du magasin de meubles Woodhouse, rue Ste-Catherine coin St-Urbain, qui a coûté la vie à trois pompiers.
8 – 50e anniversaire de la Place Bonaventure.
15 – 85e anniversaire du Marché Atwater.
18 – 5e anniversaire du lancement de LaPresse+.
21 – 55e anniversaire de la 1re bombe du FLQ derrière un centre de recrutement de l’armée.

MédéricMartin
Le maire de Montréal Médéric Martin. Photo: Ville de Montréal

Mai
5 – 90e anniversaire de l’inauguration du stade Delorimier.
10-11 – 55e anniversaire de la tempête tardive qui a laissé 25 cm de neige sur la ville.
19 – Le stade Saputo célèbre ses 10 ans.
27 – 35e anniversaire de l’ouverture du Palais des congrès dont la construction avait débuté en 1977.
27 – 85e anniversaire du Marché du Nord, actuel Marché Jean-Talon

Juin
9 – 20e anniversaire de l’explosion de l’Accueil Bonneau qui avait fait 3 morts.
9 – 25e anniversaire de la dernière coupe Stanley pour Les Canadiens de Montréal.
9 – Il y a 95 ans ouvrait le parc Belmont dans Cartierville.

Bonneau
L’explosion du 9 juin 1998 à l’Accueil Bonneau – Photo: Ville de Montréal

Juillet
11 – 90e anniversaire de la municipalisation de la Montreal water and power compagny.
23 – Il y a 10 ans, 2 trombes d’eau étaient observées devant Montréal sur le fleuve St-Laurent.
14  – 35e anniversaire de fondation du Festival Juste pour rire.

Août
9 – 70e anniversaire du manifeste du Refus Global.
10 – 10e anniversaire des émeutes de Montréal-Nord ayant suivi la mort de Fredy Villanueva.

Septembre
12 – 90e anniversaire du début des cours au Collège Jean-de-Brébeuf.
21 – 55e anniversaire de la Place des Arts.
26 – 35e anniversaire du dernier match de l’équipe de soccer le Manic au stade olympique.
26 – 100e anniversaire du début officiel de l’épidémie de grippe espagnole au Québec.
28 – 30e anniversaire de l’ouverture des Promenades de la Cathédrale, rue Ste-Catherine à Montréal.

Capture d’écran 2017-12-28 à 11.07.17
La grippe espagnole au Québec

Octobre
8 – 40e anniversaire de la tenue du premier Grand Prix du Canada de Formule 1.
13 – 35e anniversaire de la fermeture du parc Belmont qui avait ouvert ses portes en 1923.
21 – 100e anniversaire du passage du premier train sous le Mont-Royal.
24 – 50e anniversaire de l’annexion de la cité de Saint-Michel à Montréal.

Novembre
18 – Le Centre d’histoire de Montréal fête ses 35 ans.
30 – 70e anniversaire de fondation du Théâtre du Rideau Vert.

theatre-du-rideau-vert
Le Rideau Vert a été fondé en 1948

Décembre
18 – Il y a 15 ans, le rôle de présidents d’arrondissement de Montréal était modifié. Désormais, ils seront élus comme maires.

Événements non datés
– 5e anniversaire du projet de «food truck» à Montréal.
– 40e anniversaire de la fermeture du journal Montréal-Matin après 48 ans d’existence.
– 45e anniversaire de l’ouverture de la Maison de Radio-Canada boulevard René-Lévesque et de la fondation de la Compagnie de théâtre Jean-Duceppe.
– 50e anniversaire de l’autoroute 520.
– 60e anniversaire de l’inauguration de l’autoroute 15 dans les Laurentides.
– 75e anniversaire de la construction de la Gare centrale de Montréal.
– 100e anniversaire de l’annexion de la cité de Maisonnneuve à Montréal.