Apple bonifie son offre en éducation

Le géant américain du numérique, Apple, annonce plusieurs nouveautés dédiées au milieu de l’enseignement, dont la sortie d’un nouvel iPad compatible avec le Apple Pencil. Les détails.

par Alexandre Gagné

C’est à Chicago que l’entreprise de la Silicon Valley a choisi cette fois de faire sa présentation qui, pour une rare fois, n’était pas retransmise en direct sur le Web.

D’entrée de jeu, le grand patron de l’entreprise, Tim Cook, a souligné que la présence d’Apple dans le milieu n’est pas vraiment récente.

L’entreprise indique que plus de 200 000 applications sur le Apple Store sont dédiées à l’éducation ou ont un fort potentiel d’utilisation dans un cadre pédagogique.

Un nouvel appareil

Rapidement, l’entreprise a confirmé la rumeur qui circulait depuis quelques jours. Apple annonce le lancement d’un nouvel iPad de format 9,7 pouces qui sera compatible avec le fameux « Apple Pencil » qui était jusqu’ici réservé aux propriétaires d’un iPad Pro.

Le nouvel appareil permettra plus de flexibilité pour les élèves qui souhaitent prendre des notes à la main, annoter des documents ou images et laisser aller leur créativité. Pour les enseignants, le nouvel appareil permettra d’offrir une rétroaction plus facilement à l’aide du « Apple Pencil », de corriger des productions écrites ou d’autres types de travaux.

Le nouvel iPad offre essentiellement les mêmes caractéristiques techniques que le iPad Pro. Il est déjà disponible en commande sur le site d’Apple Canada. Son prix de base a été fixé à 429$ pour le 32 Go d’espace et à 549$ pour le 128 Go. Évidemment, le « Apple Pencil » de même que le clavier Bluetooth sont vendus séparément.

Si le prix du stylet d’Apple, autour d’une centaine de dollars, peut paraitre élevé, sachez qu’Apple a conclu une entente avec un autre fournisseur pour offrir un autre produit, moins cher, mais tout aussi efficace.

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.06.13
Via Twitter

Créer des livres sur iPad !

L’évolution du iPad entraîne aussi une série de mises à jour. Par exemple, les applications Pages, Keynote et Numbers vont désormais supporter le « Pencil ».  Cet ajout apportera de nouvelles possibilités dans l’utilisation du traitement de texte Pages.

Apple fait aussi évoluer son outil de création de livres numériques. Jusqu’à présent, iBooks Author nécessitait un ordinateur Mac ou Macbook. Aujourd’hui, Apple annonce que son traitement de textes Pages va permettra la création de livres numériques pour iBooks en gardant actif les éléments (audio et vidéo) d’interactivité comme dans iBooks Author.

Cette annonce permettra aux enseignants de créer et de faire créer aux élèves des livres ou magazines avec du contenu augmenté et bonifié. Les traditionnelles brochures de voyage pourront désormais se faire en cours de géographie avec du matériel dynamique. Au surplus, la création de ces livres peut se faire en collaboration par le biais de la synchronisation iCloud.

La réalité augmentée sous la main

Autre annonce importante d’Apple avec la sortie de ce nouvel iPad, c’est l’arrivée de la réalité augmentée comme fonction désormais incontournable dans les classes.

Ce qui est fascinant, c’est désormais la possibilité d’avoir des éléments en trois dimensions facilement accessibles. Par exemple, dans un cours de biologie, il sera possible de disséquer une grenouille sans aucune éclaboussure !

Bonne nouvelle aussi pour les enseignants et étudiants. Apple a décidé de bonifier son offre de stockage iCloud qui passera de 5 Go à 200 Go. Les modalités restent à confirmer, mais on croit que cela passera par les écoles et leur système appelé MDM (mobile device management).

Pour les enseignants

Le enseignants ne sont pas oubliés dans le processus. Il y déjà 2-3 ans, Apple a lancé l’application En Classe (Classroom en anglais) qui permet de superviser le travail des élèves dans une classe en temps réel.

Aujourd’hui, Apple annonce que l’application En Classe sera disponible et accessible sur un ordinateur Macbook dès le mois de juin en même temps que le lancement d’une nouvelle application appelée « Schoolwork», dont le lien (en anglais) fourni quelques éléments de démonstration.

https://twitter.com/reneritchie/status/978657780818038784

Cette nouvelle application, Schoolwork, veut centraliser le travail de l’enseignant. Un peu à l’image de son rival Google Classroom.

Avec Schoolwork, il sera possible d’attribuer des devoirs, de suivre les progrès des élèves, d’interagir avec d’autres applications spécifiques, le «ClassKit» dit Apple.

Par exemple, l’enseignant pourrait créer un quiz sur Kahoot, envoyer le lien aux élèves via Schoolwork et compiler les résultats pour éventuellement utiliser la note dans un bulletin scolaire.

Le produit est nouveau. Apple offrira sans doute des formations et des démonstrations dans les écoles où ses produits sont déjà déployés à grande échelle.

Apple se préoccupe également de la formation continue en proposant un programme d’apprentissage professionnel en ligne pour les enseignants qui veulent améliorer leurs compétences avec les outils de l’entreprise.

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.26.50
Source: Apple.com

Par ailleurs, autant pour les élèves que pour les enseignants, Apple lancement officiellement dans les prochains mois un outil de formation appelé «Everyone can create». Il s’agit d’un programme d’accompagnement en ligne sur les outils d’Apple pour créer du matériel multimédia. On peut en apprendre plus ici.

Conclusion

Avec ces annonces, Apple entend donc bien demeurer présente dans le réseau de l’éducation qui lui assure une part des ventes de iPad. Au surplus, Apple investit malgré tout beaucoup de dollars dans le développement d’outils pour les élèves et les enseignants en plus d’offrir un accompagnement personnalisé dans la maitrise de ses applications.

L’arrivée d’une tablette moins dispendieuse et la possibilité d’intégrer le Apple Pencil, voire un clavier Bluetooth, reste donc une alternative de choix au traditionnel ordinateur.

L’introduction d’un outil numérique en classe demeure un défi de tout instant et l’utilisation d’une tablette ou d’un ordinateur doit avant tout répondre à une intention pédagogique ciblée afin d’évaluer la maitrise des compétences des élèves. Le risque d’utiliser cet outil en mode substitution est élevé, mais le potentiel d’une tablette ouvre assurément sur de nouveaux horizons vers la redéfinition de l’apprentissage.

lipad-en-classe-de-franais-5-638
Le modèle SAMR de l’utilisation des technologies en éducation
SAMR1
Exemple d’activités selon le modèle SAMR

Apple. Des nouveautés pour l’été 2017 !

WWDC 2017

Le géant de l’informatique, Apple, a dévoilé plusieurs nouveautés, ce lundi, à l’occasion de son rendez-vous annuel baptisé WWDC, l’Apple Worldwide Developers Conférence. Tour d’horizon.

par Alexandre Gagné

#iPad17 en vrac

Le Sommet du iPad en éducation est l’occasion pour les enseignants de la province de faire le point sur l’usage des outils numériques en classe, mais aussi d’en apprendre davantage sur les tendances et les nouvelles pratiques.

Je vous propose ici le meilleur des tweets de la première journée de l’événement.

Bonne lecture !

Sommet du iPad en éducation: 5 ans déjà !

Le Sommet du iPad en éducation fête ses 5 ans cette année. Lancé en 2012, un an après la sortie du iPad d’Apple, l’événement est devenu un incontournable dans le milieu de l’éducation. 

par Alexandre Gagné

Initié par Thierry Karsenti, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) en éducation, le Sommet du iPad est un rendez-vous de partage annuel pour la communauté de l’éducation. C’est un temps d’arrêt de deux jours pour faire le point sur l’avancement de la recherche dans le domaine, les nouvelles pratiques éducatives et l’intégration des technologies.

Si les premières années ont été marquées par la difficulté d’intégrer les technologies et le débat sur la pertinence ou non des iPad en classe, voilà que les échanges portent maintenant davantage sur la  formation des enseignants et la transformation des pratiques dans un environnement figé par le temps.

À l’occasion de la 5e édition, je vous propose ici, des extraits des deux conférences d’ouverture.

Un iPad en classe, pour quoi faire ?

Depuis son arrivée dans les salles de classe en 2011, la tablette numérique iPad ne cesse de faire l’objet d’un débat. Pour les uns, elle est l’outil idéal. Pour les autres, elle ne permet pas d’écrire de longs textes et constitue un outil de distraction.

Unique constat. Les deux camps ont absolument raison. Observations.

par Alexandre Gagné

LES PLUS
Dans plusieurs établissements d’enseignement du Québec, la tablette iPad a été sélectionnée parmi d’autres outils pour sa grande facilité d’utilisation, son poids relativement léger, le nombre relativement faible de problèmes techniques rencontrés avec cet appareil et surtout les nombreuses possibilités de production multimédia qu’offre l’outil.

Avec le iPad, il est facile de prendre des photos, de filmer une scène, d’enregistrer une narration, de produire une vidéo, de faire une recherche sur internet, de publier et d’interagir avec son enseignant d’une multitude de manières.

Les nombreuses applications constituent la force de l’outil. Il faut cependant prendre le temps de s’approprier le fonctionnement du iPad, maitriser le «app smashing», c’est-à-dire l’utilisation de plusieurs applications pour réaliser une tâche. On parle ici presque d’interdisciplinarité des applications. Ouvrir les portes… C’est justement aussi ce que vise le iPad, faire tomber les murs de l’école pour favoriser une plus grande ouverture du jeune sur le monde qui l’entoure.

Pour tirer profit de la tablette, il faut beaucoup de formation des enseignants. Dans certaines écoles, les iPad ont été remis aux enseignants en juin et le projet d’implantation débutait en septembre. C’est une erreur.

Il faut aussi du temps aux enseignants pour revoir leurs façons de faire. Pour plusieurs enseignants, il est difficile d’admettre que leur matériel ou leur planification de cours ne tient plus la route. Créer du matériel ou planifier un cours est souvent un long processus, mais la transformation de celui-ci peut se faire graduellement pour intégrer le nouvel outil.

L’introduction du iPad en salle de classe vise à remettre l’élève en action, à le motiver et lui permettre de réaliser des projets stimulants tout en permettant le développement des (fameuses) compétences transversales tant recherchées dans la société actuelle.

LES MOINS
Pour l’enseignant, la production de matériel ou la mise en forme de certains documents apparaît souvent comme un défi sur un iPad. Habitués depuis le milieu des années 1990 à utiliser un ordinateur et un clavier pour une bonne part de «secrétariat», de nombreux enseignants peinent à se limiter au iPad. Cela constitue un défi. Il n’est pas insurmontable si l’enseignant consent à revoir sa façon de travailler pour alléger au strict minimum sa production de documents. Dans le cas contraire, un ordinateur reste utile pour la conception d’activités.

Une critique contre le iPad vient essentiellement des enseignants de français qui estiment difficile la production d’un long texte sur la tablette. C’est un fait que des élèves peu habitués avec le clavier tactile peuvent éprouver un mauvais plaisir. Dans plusieurs cas, l’ajout d’un clavier portable Bluetooth va permettre de retrouver une surface d’écran suffisante.

Enfin, la grande critique contre le iPad est qu’il constitue un outil de distraction. C’est vrai. La recherche en éducation le confirme. Si la supervision en classe est insuffisante et que l’utilisation de l’outil ne répond pas à une intention pédagogique, le projet est voué (à long terme) à l’échec.

LES DÉFIS
L’usage d’un outil numérique en classe doit a priori viser des objectifs pédagogiques, comme l’organisation des élèves, le développement de leur autonomie, faciliter les communications enseignant-élève, augmenter la rétroaction, motiver de nouveaux apprentissages.

Car c’est bien là la force du iPad à savoir d’amplifier les apprentissages. L’outil permet plus. Plus de rétroaction, plus d’échanges avec l’élève. C’est LE facteur de réussite par excellence identifié par John Hattie dans son étude de 2009. Certes, pas besoin d’un iPad pour donner de la rétroaction, mais dans beaucoup de milieux cela facilite les choses pour l’enseignant puisqu’il est possible d’en donner plus et surtout plus souvent.

Il faut bien le dire. Dans beaucoup d’écoles, l’introduction du iPad vise aussi à forcer des enseignants à s’actualiser, à aller en formation et à se mettre au goût du jour. On en est là, encore, en 2016.

Comme tous les outils, le iPad a ses bons et moins bons côtés. Il n’y a pas d’outils parfaits comme ils sont généralement inventés par l’humain… Mais le iPad a le mérite de faire bouger les choses dans le réseau de l’éducation et d’amener un élan pour la concrétisation de nouveaux projets en plus de constituer un outil pratique pour remettre l’élève (enfin) au travail.

Justement, ne vous surprenez pas si les élèves (au début) n’aiment pas le iPad. Il les force à travailler, à chercher, à produire quelque chose, à montrer qu’ils ont compris. Enfin, l’élève travaille plus que son enseignant. Certains seront déçus de plus avoir de «vrais» cours…ceux où on écoute le «show» du prof en prenant (à peine) quelques notes sur le coin d’une feuille chiffonnée. Des cours pas trop forçants où il est vite facile de mettre à «off» l’interrupteur intellectuel sans trop déranger…

DES PISTES DE TRAVAIL
Enfin, pour ceux et celles qui se lancent dans l’aventure du iPad en classe, je vous propose cet outil en 10 points pour faciliter votre gestion de classe, inspiré notamment des travaux de John Hattie.

Certes, tout enseignant devrait déjà avoir introduit ces pratiques même dans une classe sans iPad. Il convient donc ici de les remettre en évidence pour faciliter la gestion de classe avec un outil numérique.

L’actualité technopédagogique

Comme à chaque semaine, voici mon «flash technopédagogique», une collection de publications qui ont attiré mon attention sur les réseaux sociaux.

Cette semaine, je vous propose d’abord, une capsule vidéo qui vous présente trois modèles de stylets pour une tablette iPad. 
Les prix qu’on m’avait donné et qui sont évoqués dans la capsule sont erronés. Les prix réels sont: Jot Mini 20$ US, Jot Script 60$ US et Jot Touch 80$ US.

Naviguer sur mobile sans publicité

Naviguer sur le Web est aujourd’hui parfois fastidieux. De nombreux sites nous inondent de publicités au risque même de nous faire abandonner la lecture d’un article ou l’écoute d’une vidéo.

Voilà que pour les appareils mobiles, une solution s’offre maintenant à vous. Je vous en parle dans cette capsule vidéo.

Bon visionnement !

Adblock sur iOS  OU Adblock sur Android