Hawaï. L’éruption du Kilauea prend de l’ampleur

L’éruption du volcan Kilauea dans l’archipel d’Hawaï, un des plus actifs au monde, a pris de l’ampleur ces dernières heures et pourrait durer des mois, selon des experts. Le point. Continuer à lire … « Hawaï. L’éruption du Kilauea prend de l’ampleur »

Grippe saisonnière: mortalité élevée chez les jeunes

L’épidémie de grippe saisonnière qui frappe l’hémisphère Nord cette année se révèle être particulièrement sévère avec un taux de mortalité en forte progression, notamment chez les jeunes. Le point en France, aux États-Unis et au Canada.

par Alexandre Gagné

Comme l’avait anticipé Point Info le 1er novembre dernier, l’épidémie de grippe saisonnière est suivie de près par les autorités de la santé et occupe activement, au premier rang, le personnel médical depuis la fin de l’automne.

Aux États-Unis, le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta (CDC) signale 493 décès liés à l’influenza depuis le début de la saison 2017-2018. L’an dernier, pour la même période, 230 personnes avaient été emportés par la grippe. C’est une augmentation de 114%, soit plus du double que la saison précédente.

Capture d’écran 2018-01-11 à 21.32.13
Via KTVU

En Californie notamment, les responsables de la santé publique du comté de Santa Clara « affirment que la saison grippale de cette année est plus grave que la moyenne ».

Seulement dans cet état, les décès y ont cinq fois plus nombreux qu’à l’habitude. La saison a débuté hâtivement et les autorités sanitaires craignent une aggravation de la situation au cours d’ici au mois d’avril.

Au Canada, l’activité grippale est toujours en progression. Jusqu’à présent, 34 décès ont été enregistrées. En majorité, les décès sont survenus chez des personnes âgées de 65 ans et plus.

chart
La situation dans la province de Québec. Source: INSPQ

En France, le réseau Sentinelles de surveillance signale un peu plus de 800 cas graves depuis le 1er novembre dont 70 décès liés à l’épidémie de grippe saisonnière. Là aussi, l’épidémie continue sa progression sur le terrain.

LES JEUNES MOINS PROTÉGÉS 

Les autorités sanitaires constatent partout une plus grande proportion de jeunes qui sont atteints par la grippe. Dans une conférence de presse tenue le 5 janvier dernier, la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn, a relevé le fait que le virus de cette année n’épargne pas les jeunes travailleurs actifs:

« C’est une épidémie qui est sévère cette année […] avec une souche de virus qui circule et qui est assez peu connue par le système immunitaire des jeunes. Il y a beaucoup d’enfants et de jeunes qui aujourd’hui consultent aux urgences », a-t-elle dit.

Capture d’écran 2018-01-11 à 21.33.05
Via Facebook

Un exemple de cette affirmation nous vient de Pittsburgh en Pennsylvanie aux États-Unis. Un jeune culturiste (bodybuilder) de 21 ans est mort tout récemment quelques jours après avoir contracté le virus de l’influenza.

Kyle Baughman, un adepte des salles de sport et d’entraînement, est tombé malade au début des vacances de Noël. 48 heures après les premiers symptômes, son état s’est rapidement aggravé avec la présence d’une forte fièvre et de douleurs thoraciques.

Transporté à l’hôpital, il a souffert d’un choc septique et est décédé quelques heures après son admission à l’hôpital.

Partout, les autorités de la santé reconnaissent que l’efficacité du vaccin est très limitée cette année. Environ 10%, selon les études sur le sujet. En cause, une mutation du virus de l’influenza A de souche H3N2. Au surplus, l’influenza du groupe B est aussi très présente cette année ce qui complique la situation.

Bref, 100 ans après la grave épidémie de grippe espagnole, force est de constater que les virus de l’influenza demeurent une menace constante pour la santé publique.

Préparer les Américains à une attaque nucléaire

Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis incitent les autorités américaines à mettre en place des mesures en prévision d’une attaque nucléaire, du jamais vu depuis la fin de la Guerre froide.

par Alexandre Gagné

Dans un avis publié sur son site Internet, le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta (CDC) annonce qu’il va dévoiler le 16 janvier prochain qu’elle sera la réponse de la santé publique en cas d’une attaque nucléaire.

Même si le CDC estime qu’une « détonation nucléaire soit peu probable », l’organisme américain juge que les conséquences, si une telle chose se produisait, seraient dévastatrices et que le temps serait limité pour la mise en place de mesures de protection.

Le CDC veut donc lancer une vaste campagne d’information et de sensibilisation auprès du public américain pour les informer des mesures à mettre en place et des gestes à adopter.

Par exemple, dit le CDC, « se mettre à l’abri pendant au moins 24 heures peut sauver des vies et réduire l’exposition aux rayonnements ».

Dans la conférence que l’organisme va tenir, le plan d’urgence sera détaillé pour mettre en lumière les efforts de planification et de préparation des autorités de la santé publique américaine.

La Corée du Nord a annoncé en début de semaine qu’elle va renouer le dialogue avec la Corée du Sud dans une tentative d’apaiser les tensions dans la péninsule coréenne.

Dans un message diffusé le 1er janvier dernier, le leader nord-coréen a indiqué que son pays allait poursuivre ses efforts de fabrication d’armes nucléaires en plus de rappeler que l’ensemble du territoire américain était à sa portée.

Kim Jong-Un a indiqué que le bouton nucléaire est sur son bureau et fonctionnel. Une déclaration qui n’a pas manqué de faire réagir son homologue américain.

https://platform.twitter.com/widgets.js

 

Honolulu. Terminé le téléphone portable en traversant la rue!

Honolulu_01
Une policière au travail à Honolulu | Photo: A. Gagné

La ville d’Honolulu, dans l’État américain d’Hawaï, prend les grands moyens pour assurer la sécurité de ses piétons. À compter de ce mercredi, il est désormais interdit de traverser la rue en regardant son téléphone portable sous peine d,une amende pouvant atteindre 35 dollars.

par Alexandre Gagné

Aux États-Unis, cette décision est une première. Les autorités parlent d’une décision qui s’imposer pour lutter contre ceux qu’on appelle les « zombies des téléphones », ces gens rivés à leur écran en quasi permanence.

Un problème de « santé publique », selon plusieurs observateurs.

La mesure qui entre en vigueur aujourd’hui 25 octobre a été signée à la fin de juillet par le maire d’Honolulu, Kirk Caldwell. Selon ce nouveau règlement, «aucun piéton n’a le droit de traverser une rue ou une voie rapide en regardant un appareil électronique».

Honolulu_03.jpg
Vue du centre-ville d’Honolulu | Photo: A. Gagné

Seule exception, il demeure possible de parler au téléphone en traversant la rue, pour autant que le piéton regarde devant et autour de lui.

En 2016, l’association des gouverneurs d’États sur la sécurité des autoroutes (GHSA) a révélé que près de 6 000 piétons ont été tués par des voitures, soit environ 11% de plus qu’en 2015 et 22% de plus qu’en 2014.

D’autres villes américaines et certaines à travers le monde entendent observer le cas d’Honolulu et pourrait s’en inspirer pour élaborer leur propre législation en la matière.

Sources: agences de presse, observer.com  

++ À lire aussi: Retrouvez l’actualité des États-Unis ici

Vous avez aimé ? Merci de partager cet article !

Les États-Unis pourraient activer les bombardiers nucléaires

Face aux menaces de la Corée du Nord, les États-Unis envisageraient de remettre en alerte, 24 heures sur 24, ses bombardiers nucléaires B-52, avance le site spécialisé dans les activités militaires Defense One

par Alexandre Gagné

La mesure, si elle se confirme, sera une opération jamais vue depuis la fin de la Guerre froide en 1991.

B-52
Un B-52 bombardant l’Irak

Les bombardiers B-52 sont stationnés sur la base aérienne de Barksdale en Louisiane. Ils seraient donc équipés de leurs ogives nucléaires et seraient prêts à s’envoler à tout moment.

Selon les informations du site Defense One, qui cite un responsable de l’armée, «l’ordre d’alerte n’a pas encore été donné, mais des préparatifs sont en cours afin de préparer sa venue».

Des travaux de rénovation des installations sont en cours de réalisation, notamment aux bâtiments où les équipages des B-52 devraient s’installer en permanence. À l’intérieur d’un bâtiment, des lits ont été déployés pour plus d’une centaine de membres d’équipage.

Le site de Barksdale doit accueillir prochainement deux avions de commandement nucléaire, soit le E-4B Nightwatch et le E-6B Mercury, qui seront également placés en alerte. En cas de guerre, les deux avions deviendraient des postes de commandement volant du secrétaire à la Défense et du commandement central du STRATCOM.

Si un ordre d’attaque était donné par le président Trump, ces deux avions seraient chargés de transmettre les codes de lancement des missiles aux bombardiers, aux bases terrestres et aux sous-marins.

LES ÉTATS-UNIS NIENT LES INFORMATIONS

La réaction des autorités américaines à ces informations a été immédiate. Selon le réseau NBC, Washington a nié que l’armée s’apprêtait à mettre en alerte les bombardiers B-52, comme rapporté par le site Defense One.

Un représentant de l’armée a cependant confirmé que des bases pouvaient subir des travaux de rénovation pour maintenir leur état de préparation.

Analyse. Amazon signe la fin du marché «traditionnel»

Le géant américain du commerce en ligne, Amazon, vient de porter un coup dur au secteur de l’alimentation. L’acquisition de la chaîne Whole Foods par l’entreprise de Seattle sonne le glas du traditionnel marché d’alimentation. Analyse.

par Alexandre Gagné

Image: Amazon

C’était une question de temps. C’est maintenant chose faite. Amazon a pris (presque) tout le monde par surprise ce vendredi 16 juin en annonçant l’acquisition de ce géant du bio pour la rondelette somme de 13,7 milliards de dollars.

Cette transaction constitue déjà, même si elle reste à être confirmée par les autorités réglementaires, une bombe pour certain ou encore un « big bang» pour d’autres. C’est que le service de commerce en ligne, possédant essentiellement qu’un système d’entrepôts, va désormais posséder des magasins physiques bien établis pour étendre ses tentacules.

En tout, Whole Foods exploite 465 magasins aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ici au Canada où il existe 11 succursales.

Dès l’annonce de la transaction, la réaction des investisseurs s’est répercutée dans les bourses à travers le monde où les titres des entreprises du secteur de l’alimentation (Walmart, Costco, Carrefour, Casino, etc.) ont pratiquement tous enregistré des reculs, certains plus importants que d’autres.

Pour le consommateur, la nouvelle a de quoi nous réjouir. Elle risque de créer davantage de concurrence et une pression à la baisse sur les prix. D’ailleurs, les fournisseurs d’aliments de ce monde ont aussi subi des pertes en bourse aujourd’hui.

Image: Amazon

Ce que ça change pour Amazon

Pour le géant basé à Seattle, cette acquisition lui permettra sans aucun doute d’élargir sa gamme de produits vendus par internet et surtout de donner un nouvel élan à son service « Amazon Fresh » initié en 2008, mais qui a véritablement pris son envol qu’en 2013. Amazon Fresh est un service de proximité permettant la livraison de produit alimentaire dans quelques villes américaines ainsi qu’à Londres et bientôt à Tokyo au Japon ainsi qu’à Berlin et Potsdam en Allemagne.

En plus, Amazon teste depuis quelques mois la vente de produits dans un commerce physique sans caisse enregistreuse. Le projet « Amazon Go », s’il prend de l’ampleur, pourrait de son côté faire mal aux petits commerces de quartier, comme les dépanneurs au Québec.

L’impact sur l’épicerie traditionnelle

Pour les chaînes d’alimentation, la transaction est un coup dur à encaisser. Ce secteur a peu évolué au cours des dernières décennies et cette annonce vient accentuer la pression car les marges de profit dans l’industrie y sont très minces. Déjà aux prises avec une augmentation des coûts d’opération, les supermarchés ont réduit le personnel, installé des caisses automatisées et réduit la variété des produits offerts. Chez les fournisseurs de produits alimentaires, on a coupé dans les quantités proposées. Par exemple, un bloc de fromage d’une marque populaire se détaillant à 3,99$ n’est plus de 300 grammes, mais désormais de 270 grammes.

Les chaînes ont introduit il y a plusieurs années déjà des cartes de fidélisation et des systèmes de coupons rabais pour conserver leur clientèle, mais la situation demeure précaire pour plusieurs établissements qui peinent à se renouveler. L’arrivée d’un nouveau joueur dans le secteur fait peur et risque de forcer des regroupements, voire des fusions à moyen terme.

L’arrivée d’Amazon est en soit une bonne nouvelle et donnera un électrochoc à ce secteur d’activité.

États-Unis. Affrontements entre pro et anti-Trump à Portland

Une manifestation a dégénéré, ce dimanche, dans le centre de Portland, en Oregon aux États-Unis, alors que des pro et des anti-Trump se sont invectivés dans la foulée

Des objets saisis par
 @PortlandPolice

du meurtre, la semaine dernière, de deux passagers d’un train de banlieue qui tentaient d’aider deux adolescentes, l’une noire et l’autre voilée, prises à partie par un individu. 

par Alexandre Gagné

Quelques centaines de sympathisants pro-Trump scandant « USA, USA » se sont regroupés vers une place proche de l’hôtel de ville, où les attendaient un nombre plus important de militants antifascistes qui les ont accueilli aux cris de « Nazis, go home ».

Sans tarder, des policiers anti-émeute casqués se sont déployés entre les deux groupes pour empêcher la situation de dégénérer. La police a annoncé avoir procédé à 14 arrestations et a diffusé sur Twitter des photos d’armes saisies sur des manifestants, dont un couteau de chasse, des poings américains et des gourdins.

//platform.twitter.com/widgets.js
Un peu plus tard, d’autres objets ont été saisis.

//platform.twitter.com/widgets.js
En fin de journée, la police a tiré des grenades lacrymogènes pour riposter aux jets de pierre de manifestants qui refusaient de se disperser.

//platform.twitter.com/widgets.js
Le maire de Portland, Ted Wheeler, avait demandé sans succès aux autorités fédérales d’interdire la manifestation pro-Trump pour éviter d’aggraver les tensions dans sa ville. 

Donald Trump a condamné ces assassinats qu’il a qualifié « d’inacceptables » et salué la mémoire des victimes qui ont, selon lui, « tenu tête à la haine et à l’intolérance » mais ses partisans s’étaient donnés rendez-vous dimanche à Portland pour défendre la « liberté de parole ». 

Sources: Reuters, Police de Portland, @BMacTV