Italie: Des mesures économiques jamais vues

Rome
Vue de Rome | Photo: A. Gagné

Montréal, 4 décembre 2011 (LesNews) — C’est tout un cadeau de Noël, quasi empoisonné, que viennent de se faire servir les Italiens. Les mesures économiques annoncées, ce dimanche, pour ramener l’État italien sur la voie de la prospérité sont sans précédent.

par Alexandre Gagné

          Dans le plan divulgué, par le nouveau président du conseil, tous les Italiens sans exception devront serrer une ceinture qui n’a déjà plus de trous de disponible. Mario Monti qui a présenté la stratégie a choisi de donner l’exemple en renonçant à son salaire de premier ministre et de ministre de l’Économie.

          Le plan adopté vise à récupérer 27,3 milliards de dollars canadiens (20 milliards d’euros) d’ici à 2014. Comment ? Par une série de mesures d’austérité qui vont toucher toutes les classes de la société. Voici les principales mesures annoncées:

1- Augmentation des taxes à la consommation (TVA) de 2% dès septembre 2012;

2- Imposition de nouvelles taxes sur les produits de luxe, comme les yachts et les voitures haut de gamme;

3- Fin de l’ajustement des pensions de retraite au coût de la vie;

4- Hausse de l’âge de la retraite qui sera porté à 66 ans dès 2018;

5- Rétablissement de la taxe foncière perçue par les municipalités pouvant générer de 13,6 à 15 milliards de dollars CAD (10 à 11 milliards d’euros) de nouveaux revenus.

          Le gouvernement s’est aussi engagé à dépenser 13,6 milliards de dollars CAD (10 milliards d’euro) pour stimuler la croissance économique et l’emploi dans le pays. Parmi ces mesures figurent une réduction des impôts pour les entrepreneurs qui injectent de l’argent dans leur propre entreprise ou une déduction fiscale sur les montants des cotisations aux différents programmes sociaux des salariés.

          Le paysage commercial de l’Italie pourrait aussi être appelé à se modifier avec un assouplissement des heures d’ouverture des entreprises et des commerces, ce qui pourrait permettre de prolonger la période de fréquentation des établissements commerciaux. Aussi, des mesures d’insertion des femmes et des jeunes sur le marché de l’emploi seront mises de l’avant par l’État.

          Le gouvernement a dit s’attendre à ce que l’Italie entre officiellement en récession en 2012 avant de connaître une croissance nulle en 2013. Une situation qui n’augure rien de bon pour la demande mondiale alors que la Chine a déjà annoncé, fin novembre, une contraction de sa production manufacturière signe que la consommation ralentie dans plusieurs pays de la planète.

         Malgré ce plan, rien n’est encore joué pour l’Italie et la zone euro alors que des pays comme l’Espagne et le Portugal font aussi face à une économie vacillante.

          Jeudi et vendredi, les dirigeants des pays européens se réuniront à Bruxelles pour tenter d’élaborer un plan commun de sauvetage de la zone euro. Un plan qui apparaît déjà comme un exercice très difficile en raison des nombreuses particularités régionales dans l’Union européenne.

          Reste à voir quelles seront les pertes possibles et s’il y aura suffisamment de bouées et de vestes de sauvetage pour tous…

Islande : une nouvelle catastrophe annoncée

Montréal, 3 décembre 2011 (LesNews) — Le plus dangereux volcan d’Islande, le Katla, montre d’inquiétants signes d’activité et son réveil pourrait provoquer une très importante éruption avec des conséquences majeures sur le climat de la Terre, croient plusieurs experts.

Depuis un mois, quelque 500 secousses sismiques de faible ou moyenne intensité ont été enregistrées autour du volcan qui est situé sous le glacier Mýrdalsjökull dans le sud du pays. Les volcanologues pensent que ces petits tremblements de terre sont provoqués par la montée du magma depuis le centre de la Terre.

Le danger est très grand, car le volcan d’une largeur de 10 km est complètement recouvert de glace. C’est là le principal élément de sa dangerosité, car cela en fait une immense marmite bouillante sur laquelle une importante quantité d’eau et de glace risque de se déverser en cas de rupture de la calotte glacière. L’explosion qui s’en suivrait pourrait projeter d’importants blocs de glace dans un très large périmètre et rejeter dans l’atmosphère des quantités impressionnantes d’acide sulfurique et de cendres suffisantes pour refroidir le climat de la planète.

C’est du moins ce qu’a déclaré, Ford Cochran, un spécialiste de la National Geographic dans une entrevue à la BBC. Selon lui, « les séismes enregistrés suggèrent certainement qu’une éruption est peut-être imminente ». (Reportage BBC)

L’observation du volcan s’est intensifiée depuis le 9 juillet dernier alors qu’une faible éruption du Katla a entrainé des inondations dans les plaines à proximité et de nombreux habitants ont senti des odeurs de sulfures dans la région. (Vidéo)

Depuis l’éruption du volcan du glacier Eyjafjöll en 2010 et du Grímsvötn en mai dernier, les volcanologues sont aux aguets, car tout le sous-sol du sud de l’Islande est inter-relié et l’éruption d’un de ces volcans et pratiquement toujours le signe annonciateur de l’éruption d’un autre souvent plus important.

L’histoire nous enseigne aussi que le volcan entre en éruption généralement tous les 40 à 80 ans. La dernière fois c’était en 1918. Le volcan serait donc dû pour relâcher la pression. En 1918, l’éruption était de catégorie 4 sur une échelle qui compte 9 niveaux d’intensité, soit une éruption cataclysmique. Mais le volcan est très instable et il est bien difficile de prédire comment sera cette fois l’éruption.

En 1783, la fracture du cratère du Laki, dans le sud de l’Islande qui comprend le Katla, avait entrainé une éruption pendant 8 mois, ce qui avait provoqué un mini-âge glaciaire dans l’hémisphère nord. Une situation qui a entrainé une grave famine dans toute l’Europe. Cette éruption est même vue comme l’une des causes directes de la Révolution française de 1789 alors qu’une grande partie de la population qui n’avait plus rien à manger a pris les armes pour réclamer du pain au roi.

Une éruption majeure pourrait donc à nouveau grandement perturber le trafic aérien mondial et la durée de l’éruption sera le seul élément à considérer quant à savoir si le climat mondial pourrait en subir les effets.

→ Retrouver l’actualité internationale en direct sur @LesNews