Rapport accablant sur l’éducation en Australie

Un rapport accablant sur l’état du système scolaire australien a été présenté, ce lundi matin, au gouvernement libéral. Déjà qualifié « d’historique » en Australie, le document dresse également une liste de 23 recommandations. Explications.  Continuer à lire … « Rapport accablant sur l’éducation en Australie »

Apple bonifie son offre en éducation

Le géant américain du numérique, Apple, annonce plusieurs nouveautés dédiées au milieu de l’enseignement, dont la sortie d’un nouvel iPad compatible avec le Apple Pencil. Les détails.

par Alexandre Gagné

C’est à Chicago que l’entreprise de la Silicon Valley a choisi cette fois de faire sa présentation qui, pour une rare fois, n’était pas retransmise en direct sur le Web.

D’entrée de jeu, le grand patron de l’entreprise, Tim Cook, a souligné que la présence d’Apple dans le milieu n’est pas vraiment récente.

L’entreprise indique que plus de 200 000 applications sur le Apple Store sont dédiées à l’éducation ou ont un fort potentiel d’utilisation dans un cadre pédagogique.

Un nouvel appareil

Rapidement, l’entreprise a confirmé la rumeur qui circulait depuis quelques jours. Apple annonce le lancement d’un nouvel iPad de format 9,7 pouces qui sera compatible avec le fameux « Apple Pencil » qui était jusqu’ici réservé aux propriétaires d’un iPad Pro.

Le nouvel appareil permettra plus de flexibilité pour les élèves qui souhaitent prendre des notes à la main, annoter des documents ou images et laisser aller leur créativité. Pour les enseignants, le nouvel appareil permettra d’offrir une rétroaction plus facilement à l’aide du « Apple Pencil », de corriger des productions écrites ou d’autres types de travaux.

Le nouvel iPad offre essentiellement les mêmes caractéristiques techniques que le iPad Pro. Il est déjà disponible en commande sur le site d’Apple Canada. Son prix de base a été fixé à 429$ pour le 32 Go d’espace et à 549$ pour le 128 Go. Évidemment, le « Apple Pencil » de même que le clavier Bluetooth sont vendus séparément.

Si le prix du stylet d’Apple, autour d’une centaine de dollars, peut paraitre élevé, sachez qu’Apple a conclu une entente avec un autre fournisseur pour offrir un autre produit, moins cher, mais tout aussi efficace.

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.06.13
Via Twitter

Créer des livres sur iPad !

L’évolution du iPad entraîne aussi une série de mises à jour. Par exemple, les applications Pages, Keynote et Numbers vont désormais supporter le « Pencil ».  Cet ajout apportera de nouvelles possibilités dans l’utilisation du traitement de texte Pages.

Apple fait aussi évoluer son outil de création de livres numériques. Jusqu’à présent, iBooks Author nécessitait un ordinateur Mac ou Macbook. Aujourd’hui, Apple annonce que son traitement de textes Pages va permettra la création de livres numériques pour iBooks en gardant actif les éléments (audio et vidéo) d’interactivité comme dans iBooks Author.

Cette annonce permettra aux enseignants de créer et de faire créer aux élèves des livres ou magazines avec du contenu augmenté et bonifié. Les traditionnelles brochures de voyage pourront désormais se faire en cours de géographie avec du matériel dynamique. Au surplus, la création de ces livres peut se faire en collaboration par le biais de la synchronisation iCloud.

La réalité augmentée sous la main

Autre annonce importante d’Apple avec la sortie de ce nouvel iPad, c’est l’arrivée de la réalité augmentée comme fonction désormais incontournable dans les classes.

Ce qui est fascinant, c’est désormais la possibilité d’avoir des éléments en trois dimensions facilement accessibles. Par exemple, dans un cours de biologie, il sera possible de disséquer une grenouille sans aucune éclaboussure !

Bonne nouvelle aussi pour les enseignants et étudiants. Apple a décidé de bonifier son offre de stockage iCloud qui passera de 5 Go à 200 Go. Les modalités restent à confirmer, mais on croit que cela passera par les écoles et leur système appelé MDM (mobile device management).

Pour les enseignants

Le enseignants ne sont pas oubliés dans le processus. Il y déjà 2-3 ans, Apple a lancé l’application En Classe (Classroom en anglais) qui permet de superviser le travail des élèves dans une classe en temps réel.

Aujourd’hui, Apple annonce que l’application En Classe sera disponible et accessible sur un ordinateur Macbook dès le mois de juin en même temps que le lancement d’une nouvelle application appelée « Schoolwork», dont le lien (en anglais) fourni quelques éléments de démonstration.

https://twitter.com/reneritchie/status/978657780818038784

Cette nouvelle application, Schoolwork, veut centraliser le travail de l’enseignant. Un peu à l’image de son rival Google Classroom.

Avec Schoolwork, il sera possible d’attribuer des devoirs, de suivre les progrès des élèves, d’interagir avec d’autres applications spécifiques, le «ClassKit» dit Apple.

Par exemple, l’enseignant pourrait créer un quiz sur Kahoot, envoyer le lien aux élèves via Schoolwork et compiler les résultats pour éventuellement utiliser la note dans un bulletin scolaire.

Le produit est nouveau. Apple offrira sans doute des formations et des démonstrations dans les écoles où ses produits sont déjà déployés à grande échelle.

Apple se préoccupe également de la formation continue en proposant un programme d’apprentissage professionnel en ligne pour les enseignants qui veulent améliorer leurs compétences avec les outils de l’entreprise.

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.26.50
Source: Apple.com

Par ailleurs, autant pour les élèves que pour les enseignants, Apple lancement officiellement dans les prochains mois un outil de formation appelé «Everyone can create». Il s’agit d’un programme d’accompagnement en ligne sur les outils d’Apple pour créer du matériel multimédia. On peut en apprendre plus ici.

Conclusion

Avec ces annonces, Apple entend donc bien demeurer présente dans le réseau de l’éducation qui lui assure une part des ventes de iPad. Au surplus, Apple investit malgré tout beaucoup de dollars dans le développement d’outils pour les élèves et les enseignants en plus d’offrir un accompagnement personnalisé dans la maitrise de ses applications.

L’arrivée d’une tablette moins dispendieuse et la possibilité d’intégrer le Apple Pencil, voire un clavier Bluetooth, reste donc une alternative de choix au traditionnel ordinateur.

L’introduction d’un outil numérique en classe demeure un défi de tout instant et l’utilisation d’une tablette ou d’un ordinateur doit avant tout répondre à une intention pédagogique ciblée afin d’évaluer la maitrise des compétences des élèves. Le risque d’utiliser cet outil en mode substitution est élevé, mais le potentiel d’une tablette ouvre assurément sur de nouveaux horizons vers la redéfinition de l’apprentissage.

lipad-en-classe-de-franais-5-638
Le modèle SAMR de l’utilisation des technologies en éducation
SAMR1
Exemple d’activités selon le modèle SAMR

Les Uniformes Sauvé en faillite

Les Uniformes Sauvé, un des plus importants fournisseurs d’uniformes scolaires pour les élèves du Québec, est en faillite, a appris Point Info

par Alexandre Gagné

L’entreprise qui regroupe aussi les Vêtements Piacente s’était placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers il y a un mois. Dans un communiqué publié aujourd’hui, le président de l’entreprise, François Bovet, précise qu’il n’a pas déposé de proposition d’entente aux créanciers comme le prévoit la loi.

1503028-uniformes-sauve-annonce-cette-semaine
Photo via Archives La Presse

Il affirme depuis 30 jours avoir « exploré toutes les possibilités afin de permettre aux entreprises de poursuivre leurs opérations, mais sans succès ».

Ainsi, ajoute-t-il, les entreprises qu’il dirige seront officiellement en faillite dès lundi matin. Cette annonce va forcer plusieurs établissements scolaires à ce trouver un nouveau fournisseur rapidement avant la fin de l’année scolaire.

M. Bovet invite d’ailleurs les écoles touchées à aviser les parents de la fermeture immédiate de ses commerces de même que de son site internet qui a été tout simplement débranché.

Capture d’écran 2018-02-09 à 15.10.53
Le site Web de l’entreprise est désormais fermé

François Bovet, à la tête des Uniformes Sauvé, est l’arrière-petit-fils du fondateur de la célèbre enseigne québécoise Bovet, qui a fermé ses portes en 2016. L’été dernier, dans une entrevue au quotidien La Presse, M. Bovet avait précisé que ses entreprises fournissaient une centaine d’établissements scolaires, tant publics que privés, représentant quelque 50 000 élèves, partout au Québec.

 

Éducation. Des ressources pour une veille efficace

Alors que le ministère de l’Éducation du Québec doit dévoiler ce printemps sa politique du numérique, la formation professionnelle des enseignants apparaît désormais comme un élément clé dans l’actualisation des pratiques éducatives. 

par Alexandre Gagné

Dans rapport publié en 2008, l’OCDE évaluait à plus de la moitié le nombre des enseignants qui manifestent le désir de participer à des activités de développement professionnel. Pour une profession qui évolue dans un monde en constant changement, ce chiffre, relativement peu élevé, a de quoi surprendre.

Capture d’écran 2018-01-27 à 11.39.32

Au Québec, le ministère de l’Éducation reconnaît depuis longtemps l’importance de la formation professionnelle de son personnel, mais les obligations en cette matière reste bien timides. Dans la majorité des milieux, cela passe par les journées pédagogiques ou des libérations pour des formations disciplinaires.

Capture d’écran 2018-01-27 à 11.39.42

Mais qu’en est-il de la formation individuelle ? Très peu encouragée, elle mériterait cependant d’être déployée à l’aide d’incitatifs comme des journées de libération où un enseignant pourrait se former, à son rythme, sur une application ou un nouvel outil. Cela est aujourd’hui assez rare et pourtant, les établissements scolaires sont tenus de permettre à leurs employés de se former par la Loi sur le développement des compétences.

Bref, en attendant des changements à cet égard, je vous propose cet outil qui regroupe différentes ressources afin de vous permettre une veille informationnelle efficace en éducation. Vous retrouverez les meilleurs liens pour rester au fait de l’actualité en éducation et des dernières tendances.

L’outil vous permet également de contribuer. N’hésitez pas à ajouter vos découvertes!

Capture d’écran 2018-01-27 à 11.53.13

 

CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AUX RESSOURCES

 

La Politique sur la réussite éducative bientôt dévoilée

Source: MELS

Le ministère de l’Éducation du Québec va dire publiquement, mercredi prochain, quels moyens il entend prendre pour favoriser la réussite des élèves du Québec et mieux les préparer à entrer (enfin) dans le XXIe siècle. Observations.

par Alexandre Gagné

Le Ministère a convoqué la presse ainsi qu’une brochette d’invités, triés sur le volet, à prendre part à ce grand rendez-vous attendu depuis plusieurs semaines. Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, avait évoqué l’hiver dernier une publication de la politique au printemps, en mars ou avril.

Or, des tensions internes au sein du Ministère sans compter le travail supplémentaire apporté par les présumées fuites entourant les évaluations de fin d’année ont amené Québec à repousser le tout après la fin de la session parlementaire.

C’est finalement mercredi prochain à 10 heures que l’on connaîtra les intentions du Ministère. Les invitations à l’événement ont commencé à être envoyées ce vendredi.

Via Twitter

À quoi s’attendre ?

Le processus de consultation entourant cette nouvelle Politique ministérielle a débuté en septembre dernier quand Québec a dévoilé son document de consultation. Puis, début décembre, Québec a initié une grande consultation nationale pour sonder les opinions de tous les acteurs du milieu.

C’est donc fort de ces échanges que le Ministère a entrepris la rédaction finale de sa Politique sur la réussite éducative.

D’abord, comme c’est la tradition au Ministère et dans ce genre de document, il y aura la définition commune de ce qu’est la réussite éducative.

Pour vous préparer à mercredi !

Ensuite, Québec dévoilera ses pistes d’action, comprendre ici ses « grands chantiers ». Il sera assurément question de:

– L’éducation dès la petite enfance et des maternelles 4 ans.
– Soutien aux enfants à besoins particuliers, de la réussite des garçons et de motivation scolaire.
– Formation continue des enseignants et de valorisation de la profession enseignante.
– Développement des compétences en lecture, écriture et calcul, de codage informatique et de formation au numérique.

Sur ce dernier point, il faudra surveiller si Sébastien Proulx aura réussi à faire passer dans son équipe son intérêt pour une formation en programmation informatique (codage) chez les élèves puisque cette Politique vise notamment à mieux outiller les élèves pour qu’ils soient en mesure d’entrer dans un monde bouleversé par le numérique.

Bref, le mandat était au départ très important et les attentes très élevées au sein du milieu. Reste à voir maintenant si le Ministère possède bien la marchandise attendue et surtout comment il va s’y prendre pour la livrer jusqu’à la plus petite école de la province…

Assurément, le ministre est à l’écoute, mais a-t-il l’équipe pour mener à bien ses projets ? Réponse attendue Monsieur Proulx mercredi prochain.

Via Twitter

Éducation. La cohorte 2017-2018 arrive bientôt !

En septembre prochain, la nouvelle cohorte d’élèves qui arrivera dans les écoles secondaires du Québec est celle née en 2005 au tout début du plus récent « baby-boom » dans la province. Cette cohorte, c’est la génération Youtube. Portrait.

par Alexandre Gagné
Source: ISQ | Infographie: A. Gagné
En 2005, Paul Martin était encore premier ministre du Canada et dans le monde, le dictateur irakien, Saddam Hussein, subissait son procès. Au plan démographique, il y a eu cette année-là 76 341 naissances enregistrées au Québec. Une année qui marque le début d’une période de croissance des naissances dans la foulée de politiques gouvernementales favorisant les congés parentaux.
Comme on le constate, la hausse des naissances s’est poursuivie quelques années avant un léger recul depuis 2014. L’an dernier, 86 400 enfants sont nés au Québec. Ils arriveront au secondaire en 2028. Comment seront la province et le monde cette année-là ? Difficile à dire…

La génération Youtube

Infographie: A. Gagné
Ce qui est sûr, par contre, c’est que la génération qui arrivera en septembre au secondaire n’a jamais connu un monde sans internet. Elle a toujours connu un environnement essentiellement numérique et tactile. 
En 2005 est né Youtube. Le site de vidéos est l’un des plus fréquentés sur la toile. On y trouve de tout et les utilisateurs savent « zapper » d’une chaîne à l’autre quand le contenu n’est pas bon. Les élèves à venir sont experts en Youtube.
Les élèves qui vont envahir le secondaire avaient à peine 2 ans quand le premier iPhone a été lancé et 5 ans quand le iPad est né. C’est tout dire de l’environnement dans lequel ils ont grandi. Les réseaux sociaux se sont développés quand ils faisaient leurs premiers pas au primaire et ils ont appris à les maitriser ces dernières années. 
Quand ils sont entrés au primaire, les premières manifestations débutaient en Syrie, le Japon subissait son pire tsunami et, ici, François Legault créait la Coalition Avenir Québec (CAQ). 
Les élèves entreront au Cégep en 2022 et, par la suite, le reste est bien théorique car on sait que les parcours scolaires s’étirent et sont variés, mais si tout va « normalement », les premiers entreront sur le marché du travail en 2027 et y œuvreront jusqu’en 2070 environ.

Dans vos classes, sachez que vous aurez probablement quelques femmes et peut-être un ou deux hommes qui verront le prochain siècle et les premières années de l’an 2100…

Est-ce que la formation actuelle au secondaire les prépare bien à faire face aux défis de demain? Rien n’est moins sûr. À l’ère des « fake news » et de l’intelligence artificielle, est-que les écoles secondaires permettent aux élèves de développer leurs compétences informationnelles, un esprit critique envers ce qu’on retrouve en ligne, une littératie numérique, des habiletés dans le travail coopératif et leur créativité ? 
Certes, la nouvelle cohorte ne sera peut-être pas très différente de celle de cette année ou celle de 2018, mais il est sûr qu’elle ne sera pas comme celle d’il y a 5, 10 ou 15 ans. C’est pourquoi les enseignants doivent adapter leurs pratiques, les contenus abordés et leur pédagogie pour tenir compte de ce monde en transformation. 
Face aux défis qui pointent à l’horizon au Québec et dans le monde, ce n’est plus une option, c’est une (lourde) responsabilité.

#iPad17 en vrac

Le Sommet du iPad en éducation est l’occasion pour les enseignants de la province de faire le point sur l’usage des outils numériques en classe, mais aussi d’en apprendre davantage sur les tendances et les nouvelles pratiques.

Je vous propose ici le meilleur des tweets de la première journée de l’événement.

Bonne lecture !