«Voyage voyage» le tube de l’été ? !

La sortie, ce jeudi 3 mai, du nouvel album numérique du chanteur québécois Yann Perreau a été l’occasion de remettre à l’avant-scène, et dans nos oreilles, la chanson « Voyage voyage » popularisée par la chanteuse française Desireless. Retour sur la petite histoire de cette chanson mythique. 

par Alexandre Gagné

Nous sommes en 1986. Les soeurs québécoises Micheline et Laurence Lévesque sont arrêtées au douanes de Rome avec des valises (rouges) contenant 6,6 kilos d’héroïnes. 1986, c’est aussi l’année de la privatisation de Québecair et celle où la famille Lavigueur remporte 7,6 millions de dollars à la loterie.

Au printemps de cette année là, le gouvernement Bourassa ferme Schefferville. Dans la métropole, les Canadiens de Montréal remportent la Coupe Stanley, mais l’émeute qui a suivi le match de la victoire a causé pour un million de dollars de dégâts.

En France, Claudie Fritsch-Mentrop a tout juste 34 ans et fait ses premiers pas dans la chanson. L’artiste au look androgyne et arborant une coupe de cheveux étonnante pour l’époque se fait proposer une série de chansons par son producteur, Jean-Michel Rivat.

Dans le lot, une chanson écrite par Rivat et un certain Dominique Dubois, ressort du lot. C’est « Voyage Voyage ». Le texte est poétique. Il fait rêver. On y parle d’ailleurs: d’Inde, d’Afrique, d’Asie.

Le texte évoque aussi un voyage intérieur, le détachement de soi. Dans cette perspective, Claudie Fritsch-Mentrop adopte un nom de scène. Ce sera « Désireless »… Traduction de l’anglais: « dénuée de désir ».

En France, les chaînes radiophoniques RTL et Europe 1 s’emparent de la chanson. Puis, la télévision, où la mode des vidéos clips commence à peine, fait de « Voyage Voyage » un ver d’oreille.

À l’été suivant de 1987. Le succès est confirmé. La chanson cartonne dans tous les palmarès avec plus de 500 000 copies vendus. « Voyage Voyage » propose une mélodie au rythme accrocheur, des arrangements travaillés mettant à l’avant-plan l’utilisation nouvelle, à l’époque, des synthétiseurs. Les radios de la Belle Province font jouer la chanson presque en boucle avec l’autre succès français du moment: « Nuit Magique » de Catherine Lara.

Au Québec, 1987, c’est aussi l’année de « Chats sauvages » de Marjo et d’Incognito de la jeune Céline Dion. Cette année-là, Michel Rivard va « Libérer le trésor », Francine Raymond « Vivre avec celui qu’on aime » tandis que « Joe le taxi » va embarquer Vanessa Paradis.

Aujourd’hui en 2018, 31 ans plus tard, Yann Perreau a décidé de s’offrir cette chanson qui a joué dans ses oreilles plus jeune. Le chanteur québécois de 42 ans a bien connu ce tube qui avait déjà été repris en 2008 par l’artiste belge Kate Ryan.

Cette fois, Yann Perreau a fait appel à une artiste de la relève, La Bronze, pour l’accompagner. La Bronze, c’est en fait Nadia Essadiqi, une chanteuse-musicienne qui ne manque pas d’ambition et qui a fait belle figure dans plusieurs spectacles, notamment celui du 375e anniversaire de Montréal, il y a un an.

La reprise de Perreau se retrouve sur le mini-album intitulé « Voyager Léger » qui propose quatre titres, dont celui de Désireless. L’album numérique est vendu en ligne pour 4$. Il est toutefois possible d’encourager l’artiste en proposant une autre somme au moment d’acquérir l’album pour l’ajouter à sa bibliothèque musicale personnelle.

En reprenant « Voyage Voyage », Yann Perreau offre un beau clin d’oeil à une artiste française maintenant âgée de 65 ans et surtout à un tube qui aura marqué toute une génération.

Laisser un commentaire