Il y a 100 ans: le feu de Saint-Hyacinthe

Il y a 100 ans ce 28 novembre, la localité de Saint-Hyacinthe était le théâtre d’un terrible incendie qui a ravagé l’hôpital de cette petite ville de la Montérégie. Retour sur cet événement historique. 

par Alexandre Gagné

La Patrie_28nov1917

La Patrie – 28 nov. 1917

Nous sommes en 1917. Saint-Hyacinthe compte un peu plus de 9 800 habitants. L’endroit est la principale zone de production agricole de la province. Une véritable plaque tournante pour l’agriculture.

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, il fait froid sur la région de Saint-Hyacinthe. Le mercure avoisine les -25° Celcius. C’est le premier gros coup de froid de la saison après la tempête du 23 novembre qui a laissé au sol une vingtaine de centimètres de neige.

Vers une heure du matin, un feu se déclare dans la salle des vieillards de l’Hôtel-Dieu dirigé par les Soeurs Grises. Aussitôt, l’alerte est donnée. Les pompiers de Saint-Hyacinthe arrivent sur place rapidement. Le feu s’était déjà communiqué à la chapelle et toute la partie en pierre de l’immeuble n’était plus « qu’un brasier ardent ».

« Une épaisse fumée servait de rideau aux flammes qui faisaient rage », évoque La Patrie.

Au moment de l’alerte, le personnel ecclésiastique de l’évêché tout près, les prêtres et les religieux accourent pour porter assistance et évacuer les malades vers le soubassement de la cathédrale, l’évêché ou chez de généreux habitants.

« Le Dr Fafard, dentiste, descendit au moyen d’une échelle deux religieuses qui se trouvaient au troisième étage de l’édifice et qui auraient eu une mort tragique n’eût été son intervention », relate-t-on.

Tous les habitants, alertés par les cloches de la cathédrale, sont mis à contribution pour secourir les patients de l’établissement. « Tous les malades sont saufs », confirme La Patrie.

MORT EN SERVICE

En se portant au secours des malades, le chef de la police locale, Pierre-Agapit Foisy, est terrassé par un malaise au coeur. Malgré des tentatives pour le sauver, les médecins ne peuvent que constater son décès.

C’est la seule victime de cet incendie bien qu’un pompier, un certain Brunet, se soit fracturé une jambe en tombant au bas d’une échelle.

Vers deux heures du matin, un appel à l’aide est adressé aux pompiers de Montréal. « Une pompe à vapeur avec voitures à boyaux et 15 pompiers sont partis ce matin à 3h30 par train spécial », rappelle le journal.

LE BILAN

Malgré tout, les pertes sont considérables pour cette petite ville. « De tout cet immense édifice, il ne reste plus que les murs encore fumants. Les pertes sont évaluées à quatre ou cinq cent mille piastres, dont une faible partie couverte par les assurances », indique-t-on.

Au moment de l’incendie environ 750 personnes, dont 100 religieuses, se trouvaient dans l’Hôtel-Dieu.

L’immeuble détruit avait été construit entre 1858 et 1865 sous la direction de Mgr Prince alors évêque du diocèse de l’endroit.

Au matin du 28 novembre, une petite neige tombe sur Saint-Hyacinthe. Il fait toujours froid. La ville n’a plus d’hôpital.

 


Note: Aujourd’hui, l’Hôtel-Dieu qui avait été reconstruit est devenu un CHSLD.

 

Laisser un commentaire