Vers une fin de règne à Londres ?

La reine Elizabeth II d’Angleterre, âgée de 91 ans, n’a pas participé activement, dimanche 12 novembre, à la cérémonie de commémoration du jour du Souvenir dans ce qui ressemble à la mise en place d’une fin de règne tout en douceur.

par Alexandre Gagné

En 65 ans de règne, jamais la reine Elizabeth n’avait manqué l’occasion de déposer elle-même la traditionnelle couronne de coquelicots au pied du monument aux morts érigé à quelques pas de Downing Street, dans le centre de Londres.

Ce dimanche, elle a pourtant renoncé à le faire et a confié la tâche à son fils, le prince Charles et héritier du trône qui fête d’ailleurs ses 69 ans ce mardi 14 novembre.

Embed from Getty Images

Au cours de son règne, elle n’avait pas accompli ce devoir royal qu’à six reprises. Deux fois, pendant la grossesse de son fils Andrew ainsi que pour celle d’Edward et lors de quatre voyages officiels à l’étranger.

Cette fois, la reine a donc préféré regarder la cérémonie, en retrait, depuis le balcon du ministère des Affaires étrangères aux côtés de son époux, le prince Philip. L’homme de 96 ans a pris sa retraite au mois d’août dernier et a mis un terme à ses engagements publics.

LE FUTUR ROI SE PRÉPARE

Même s’il est peu populaire auprès des Britanniques, le prince Charles a déjà commencé à s’initier au travail de souverain.

D’abord, sa mère lui a désormais confié la tâche d’effectuer les longs voyages de représentation à l’étranger, comme en Océanie ou en Asie.

Ensuite, le prince a déjà accès, à l’initiative de sa mère, à la correspondance et aux documents reçus du gouvernement et placés, comme le veux la tradition, chaque jour dans une boîte rouge.

Photo-fournie-palais-Buckingham-montrant-reine-Elizabeth-juillet-2015-posant-pres-boite-rouge-dans-laquelle-elle-recoit-correspondance-officielle-venant-Commonwealth_0_730_342

La légendaire boîte rouge des documents officiels – Photo: Buckingham Palace

Les autorités britanniques se préparent depuis plusieurs années à la disparition soudaine de leur souveraine. Le plan au nom de code «London Bridge is down» est en place et des répétitions sont effectuées chaque année.

Avec le ralentissement de ses activités, la souveraine s’efface peu à peu de l’espace médiatique comme pour préparer ses sujets à l’inévitable, à l’image de son arrière-arrière-grand-mère, la reine Victoria, qui s’était retirée du monde, en Écosse, après la mort de son mari le prince Albert.

Laisser un commentaire