Les États-Unis pourraient activer les bombardiers nucléaires

Face aux menaces de la Corée du Nord, les États-Unis envisageraient de remettre en alerte, 24 heures sur 24, ses bombardiers nucléaires B-52, avance le site spécialisé dans les activités militaires Defense One

par Alexandre Gagné

La mesure, si elle se confirme, sera une opération jamais vue depuis la fin de la Guerre froide en 1991.

B-52

Un B-52 bombardant l’Irak

Les bombardiers B-52 sont stationnés sur la base aérienne de Barksdale en Louisiane. Ils seraient donc équipés de leurs ogives nucléaires et seraient prêts à s’envoler à tout moment.

Selon les informations du site Defense One, qui cite un responsable de l’armée, «l’ordre d’alerte n’a pas encore été donné, mais des préparatifs sont en cours afin de préparer sa venue».

Des travaux de rénovation des installations sont en cours de réalisation, notamment aux bâtiments où les équipages des B-52 devraient s’installer en permanence. À l’intérieur d’un bâtiment, des lits ont été déployés pour plus d’une centaine de membres d’équipage.

Le site de Barksdale doit accueillir prochainement deux avions de commandement nucléaire, soit le E-4B Nightwatch et le E-6B Mercury, qui seront également placés en alerte. En cas de guerre, les deux avions deviendraient des postes de commandement volant du secrétaire à la Défense et du commandement central du STRATCOM.

Si un ordre d’attaque était donné par le président Trump, ces deux avions seraient chargés de transmettre les codes de lancement des missiles aux bombardiers, aux bases terrestres et aux sous-marins.

LES ÉTATS-UNIS NIENT LES INFORMATIONS

La réaction des autorités américaines à ces informations a été immédiate. Selon le réseau NBC, Washington a nié que l’armée s’apprêtait à mettre en alerte les bombardiers B-52, comme rapporté par le site Defense One.

Un représentant de l’armée a cependant confirmé que des bases pouvaient subir des travaux de rénovation pour maintenir leur état de préparation.

Laisser un commentaire