Éducation. La cohorte 2017-2018 arrive bientôt !

En septembre prochain, la nouvelle cohorte d’élèves qui arrivera dans les écoles secondaires du Québec est celle née en 2005 au tout début du plus récent « baby-boom » dans la province. Cette cohorte, c’est la génération Youtube. Portrait.

par Alexandre Gagné
Source: ISQ | Infographie: A. Gagné
En 2005, Paul Martin était encore premier ministre du Canada et dans le monde, le dictateur irakien, Saddam Hussein, subissait son procès. Au plan démographique, il y a eu cette année-là 76 341 naissances enregistrées au Québec. Une année qui marque le début d’une période de croissance des naissances dans la foulée de politiques gouvernementales favorisant les congés parentaux.
Comme on le constate, la hausse des naissances s’est poursuivie quelques années avant un léger recul depuis 2014. L’an dernier, 86 400 enfants sont nés au Québec. Ils arriveront au secondaire en 2028. Comment seront la province et le monde cette année-là ? Difficile à dire…

La génération Youtube

Infographie: A. Gagné
Ce qui est sûr, par contre, c’est que la génération qui arrivera en septembre au secondaire n’a jamais connu un monde sans internet. Elle a toujours connu un environnement essentiellement numérique et tactile. 
En 2005 est né Youtube. Le site de vidéos est l’un des plus fréquentés sur la toile. On y trouve de tout et les utilisateurs savent « zapper » d’une chaîne à l’autre quand le contenu n’est pas bon. Les élèves à venir sont experts en Youtube.
Les élèves qui vont envahir le secondaire avaient à peine 2 ans quand le premier iPhone a été lancé et 5 ans quand le iPad est né. C’est tout dire de l’environnement dans lequel ils ont grandi. Les réseaux sociaux se sont développés quand ils faisaient leurs premiers pas au primaire et ils ont appris à les maitriser ces dernières années. 
Quand ils sont entrés au primaire, les premières manifestations débutaient en Syrie, le Japon subissait son pire tsunami et, ici, François Legault créait la Coalition Avenir Québec (CAQ). 
Les élèves entreront au Cégep en 2022 et, par la suite, le reste est bien théorique car on sait que les parcours scolaires s’étirent et sont variés, mais si tout va « normalement », les premiers entreront sur le marché du travail en 2027 et y œuvreront jusqu’en 2070 environ.

Dans vos classes, sachez que vous aurez probablement quelques femmes et peut-être un ou deux hommes qui verront le prochain siècle et les premières années de l’an 2100…

Est-ce que la formation actuelle au secondaire les prépare bien à faire face aux défis de demain? Rien n’est moins sûr. À l’ère des « fake news » et de l’intelligence artificielle, est-que les écoles secondaires permettent aux élèves de développer leurs compétences informationnelles, un esprit critique envers ce qu’on retrouve en ligne, une littératie numérique, des habiletés dans le travail coopératif et leur créativité ? 
Certes, la nouvelle cohorte ne sera peut-être pas très différente de celle de cette année ou celle de 2018, mais il est sûr qu’elle ne sera pas comme celle d’il y a 5, 10 ou 15 ans. C’est pourquoi les enseignants doivent adapter leurs pratiques, les contenus abordés et leur pédagogie pour tenir compte de ce monde en transformation. 
Face aux défis qui pointent à l’horizon au Québec et dans le monde, ce n’est plus une option, c’est une (lourde) responsabilité.

Laisser un commentaire