L’affaire Roghayeh Azizi Mirmahaleh

Via La Presse

L’affaire de cette femme d’origine iranienne qui est menacée d’expulsion divise les internautes sur les réseaux sociaux et montre à quel point les forums publics deviennent rapidement de véritables tribunaux populaires. 

par Alexandre Gagné

C’est Agnès Gruda de La Presse qui a révélé au grand jour cette affaire dans l’édition du 21 février. Rapidement, l’information s’est retrouvée sur les médias sociaux et les commentaires ont fusé de toutes parts.

Sur la page Facebook du quotidien montréalais, une des publications sur le sujet a donné lieu à de nombreux commentaires.

D’une façon non scientifique, mais malgré tout révélatrice, j’ai analysé 28 des 44 commentaires publiés en date du 22 février à 21h. Pourquoi 28 ? Ce sont ceux qui étaient assez développé pour saisir l’opinion de leur auteur.

Ainsi, 15 commentaires étaient en faveur de l’expulsion de madame Azizi Mirmahaleh, 8 plutôt contre et 5 neutre, ne permettant pas de positionner l’auteur adéquatement.

Le tribunal populaire a donc parlé. C’est sans doute (en partie) révélateur du climat ambiant de notre époque et, en soi, inquiétant pour l’avenir.

Les autres journaux

Sur le site du journal Le Devoir, étonnamment, les sept commentaires enregistrés étaient tous contre l’expulsion.

Enfin, sur la page web du Journal de Québec qui a aussi rapporté la nouvelle, plusieurs commentaires allaient dans le sens de la déportation, bien que la majorité des interventions faisaient surtout référence au député Amir Khadir qui a pris la parole pour presser Ottawa de prendre position dans le dossier. Des trois sites visités, c’est celui du Journal de Québec qui présentaient le plus de commentaires incohérents, peu détaillés ou hors propos.

Sur la page Facebook de La Presse, il est apparu clairement que plusieurs «commentateurs» n’avaient pas lu l’article pour se faire une idée. De plus, une vulgarisation de l’histoire de l’Iran aurait été nécessaire pour comprendre la situation du pays.

Bref, au final, on peut s’inquiéter que les réseaux sociaux participent à alimenter et propager des opinions qui ne reposent pas sur des faits justes et précis. Les principes du droit en prennent un coup. Ici, les sentiments et l’émotion l’emportent haut la main.

Il reste encore beaucoup d’éducation à faire…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s