Des prédictions de Nostradamus pour 2017, 2018, 2019… ?

Via Ouest-France

Le célèbre astrologue Michel de Notre-Dame, dit Nostradamus, a-t-il écrit sur l’année 2017 ? Voilà la question qui se pose à l’aube de la nouvelle année d’autant qu’un quotidien français, le premier de France avec 1 million de tirage par jour, annonce des révélations sur l’année à venir. Décryptage.

Une chronique d’Alexandre Gagné

L’affaire ne passe pas inaperçu. Dans son édition numérique du soir, le quotidien Ouest-France, dans sa section insolite, propose au lecteur l’article «Qu’avait prédit Nostradamus pour 2017».

Précision.
Le titreur a commis d’emblée une erreur de cohérence, de sens. Il faudrait dire «Qu’a prédit», puisque l’année n’est pas encore écoulée.

Via Ouest-France

D’entrée de jeu, on laisse penser que Nostradamus a mentionné Donald Trump dans ses fameuses centuries. Elle mentionne que des «adeptes» se sont penchés sur «ses prédictions pour 2017» évoquant ici l’existence même de telles prédictions.

Via Ouest-France

Puis, elle poursuit en affirmant que l’astrologue connaît actuellement un «regain d’intérêt», mais elle se fait ensuite moins catégorique envers Nostradamus en affirmant que ce sont plutôt ses adeptes qui vont «tenter de prédire ce que 2017 apportera».

Qu’en est-il exactement ?

D’abord, c’est faux. Michel de Notre-Dame n’a jamais écrit explicitement sur chacune des années, que ce soit 2016, 2017 ou même 2018 dans ses quatrains (strophe de quatre vers) regroupés en centuries. Ceux qui ont décrypté et interprété avec leurs yeux et connaissances modernes s’appellent des exégètes et non des adeptes. Il ne s’agit pas ici d’une secte bien que parfois ça peut en avoir l’air.

L’intérêt envers Nostradamus, mort en 1566, ne s’est jamais démenti. Une simple recherche sur Google montre que l’homme suscite depuis toujours la curiosité. Il n’y a donc pas de regain d’intérêt, si ce n’est celui de la journaliste qui vient peut-être de le découvrir…

Ce qui est le plus troublant, c’est que l’article est essentiellement une reprise mot pour mot d’un billet de blogue publié le 2 décembre sur le site «Esprit Science métaphysiques». Cet article provient lui-même du blogue d’un expert en «marketing digital» (publié le 1er mars dernier) qui a vite compris qu’en écrivant sur Nostradamus il fera de l’argent avec son site… On retrouve d’ailleurs une vidéo Youtube au mois d’août qui reprend le même contenu.

Les prédictions

Y’a-t-il des prédictions pour la prochaine année ? Nostradamus n’a rien écrit noir sur blanc sur l’année 2017. Un des spécialistes reconnus des textes de l’astrologue est Jean-Charles de Frontbrune. L’homme est mort en 2010 à l’âge de 75 ans. Durant sa vie d’écrivain, il a produit sept livres sur la vie et l’oeuvre de Michel de Notre-Dame.

Son dernier livre, «Nostradamus l’avait prédit» a été publié en 2009, un an avant son décès. Dans l’ouvrage de 240 pages, il parle de la crise financière de 2008 affirmant que Nostradamus l’avait vu: «La grande poche viendra plaindre et pleurer».

Sur un blogue intéressé à la question des prédictions, on explique que le livre s’attarde essentiellement aux événements de 2008 à 2025.

Dans le présent ouvrage, l’auteur s’emploie à décrypter les prophéties de Nostradamus entre 2008 et 2025, on y trouvera des références à la guerre en Géorgie, Tibet, Afghanistan, à la fin du capitalisme, à la fin de l’islamisme en 2017 à une guerre entre l’Occident et la Chine, ou encore à une guerre entre la Russie et les pays islamiques… Un avenir chaotique, qui doit cependant préparer l’avènement de la paix universelle et de l’âge d’or en 2026.

Sur un autre site, on rapporte une entrevue avec l’auteur peu de temps après la parution du livre. Fontbrune évoque une guerre, une épidémie et toujours cette venue d’une paix universelle, des thèmes récurrents quand il est question de prédictions. L’histoire à (parfois) cette fichue tendance à se répéter…

Le site de l’Association française pour l’information scientifique s’est aussi intéressé à ce dernier livre de Jean-Charles de Fontbrune et se fait très critique de ses interprétations car c’est bien de cela dont il s’agit ici….une interprétation.

Conclusion

Bref, alors que circule sur le web de nombreuses «prophéties» il importe de toujours de remonter à la source des textes originaux pour éviter de tomber dans ces pièges – souvent à revenus publicitaires – tendus sur le web.

++ Vous aimez Point info ? Faites un don pour encourager l’équipe bénévole.

Laisser un commentaire