Montréal est-elle prête ?

Source: ISQ

La population de l’île de Montréal a franchi le cap des 2 millions d’habitants en début d’année. Alors que la progression de la population se poursuit dans la métropole et que le nombre de personnes âgées va bondir dans les prochaines décennies, la Ville de Montréal est-elle prête à faire face aux nouveaux défis qui l’attendent ? 

par Alexandre Gagné

L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) devrait l’annoncer prochainement et le prochain recensement fédéral qui débutera le 2 mai va le confirmer: la population de l’île de Montréal a franchi le cap important des 2 millions d’habitants en début d’année. Une augmentation essentiellement attribuable à l’immigration.

Dans l’ensemble de la grande région de Montréal, le cap des 4 millions d’habitants avait déjà été franchi en juillet 2014. Avec ces nouveaux chiffres, c’est désormais le quart de la population du Québec (2 millions / 8 millions) qui vit sur l’île de Montréal.

Et ce n’est pas terminé. Les prévisions de croissance de l’ISQ montrent à l’horizon de 2036, soit dans moins de 20 ans, une population de 2,2 millions d’habitants. Une hausse de 17% par rapport aux données officielles de 2011.

Cliquez pour agrandir

L’autre chiffre important à considérer, c’est la proportion d’aînés dans la société. En 2036, environ 21% de la population de l’île de Montréal aura plus de 65 ans, soit presque un demi-million de personnes.

Pourtant ce chiffre de 21% est le plus faible de toutes les régions administratives du Québec où la part d’aînés sera, dans bien des municipalités régionales de comté (MRC), supérieure à 30%, voire 35% et même 45% dans la MRC des Basques dans le Bas-Saint-Laurent.

Source: ISQ – Cliquez pour agrandir

S’il s’avère que l’exode rural s’accentue dans les régions du Québec au profit des villes centres, la population de Montréal pourrait être plus importante qu’anticipé.

Les défis de Montréal

Avec cette augmentation de la population, Montréal fera face à de nombreux défis.

En matière de transports, le réseau routier de la métropole est déjà saturé. L’état des rues et des viaducs est déjà lamentable. Et rien n’indique que la situation, à court et moyen terme, va s’améliorer. Aucun crédit supplémentaire n’a été octroyé dans le dernier budget provincial et Montréal n’a pas les revenus nécessaires pour lancer un vaste programme de réfection des rues.

Même si la construction du nouveau pont Champlain va bon train, les infrastructures urbaines qui vont recevoir le nouveau flot de véhicules à Montréal restent défaillantes. Aucun service de train léger n’a encore été confirmé. Avec un centre-ville déjà congestionné et une augmentation possible du parc automobile, la situation dans 20 ans pourrait être désastreuse.

Pire encore, une très grande partie du réseau d’aqueduc et d’égouts arrive à la fin de sa période de vie utile. La Ville a déjà annoncé, par exemple, la réfection de conduites importantes rue Sainte-Catherine et Saint-Denis, mais les travaux seront très partiels et s’étaleront sur plusieurs années.

L’offre de stationnements à Montréal est aussi difficile. Alors que certains arrondissements tentent de limiter la circulation aucun parc de stationnement ou stationnement étagé n’est encore dans les cartons. Dans certaines villes dans le monde, des stationnements étagés permettent de réduire le nombre de stationnements sur rue pour faire une plus grande place aux piétons et cyclistes. Montréal est cependant encore bien loin d’une telle solution.

Aussi, quelle sera la conséquence de la hausse de la population sur la pollution et la gestion des déchets? Montréal a certes annoncé la fin des sacs de plastique et implanté la collecte des résidus de table, mais le volume de déchets générés ne va pas diminuer dans les prochaines années.

Une crise du logement ?

La situation du logement est aussi préoccupante. De nombreux immeubles ont été reconvertis en condos, mais l’offre en matière de logements sociaux reste limité. Les prix ont aussi progressé dans la métropole laissant penser que Montréal pourrait, dans un horizon de 20 ans, devenir une ville chère.

Compte tenu du vieillissement de la population, la construction sera moins nécessaire pour répondre au besoin des ménages, disait la Société d’habitation du Québec dans un récent bulletin. De son côté, la SCHL, montrait dans une étude l’intérêt des ainés montréalais à continuer à vivre dans leur logement malgré leur âge avancé. La SCHL disait alors:

«On peut se demander si les conditions actuelles de logement et d’aménagement du milieu de vie de ces ménages, auxquels appartiennent des personnes qui approchent l’âge de 65 ans, seront appropriées pour des personnes vieillissantes.» 

Source: Daniel Gill – SHQ

Un autre scénario, évoqué en 2010 par l’urbaniste Daniel Gill de l’Université de Montréal, laisse plutôt entrevoir un possible écroulement du marché de l’habitation à Montréal autour de 2020. Le motif: «une trop grande libération de logements de la part des 50 ans et plus, face à des cohortes accédantes toujours inférieures en nombre». Selon le chercheur, on verra au Québec la fin de la maison individuelle, une explosion du marché de la revente et une déplacement de la population vers des formules à plus forte densité: comprendre des immeubles à logement destinés aux ainés.

Enfin, avec la hausse du nombre d’aînés, la Ville de Montréal va-t-elle prévoir augmenter le nombre d’autobus adaptés à cette clientèle ? Les stations de métro pourront-elles toutes avoir des facilités d’accès, comprendre ici des ascenseurs fonctionnels? Et des toilettes publiques dont l’absence est criante à Montréal pourront-elles être installées dans les endroits fréquentés de la métropole?

Voilà bien des défis que Montréal devra relever très rapidement. Y’a-t-il un plan dans les tiroirs de la mairie? Rien n’est moins sûr…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s