PGM – 30 juillet 1914

Nous sommes le 30 juillet 1914. Partout en Europe, les préparatifs en vue d’une guerre vont bon train

La Patrie, Montréal, 30 juillet 1914

dans les pays concernés. La situation se complique aussi d’une rumeur voulant que le Japon pourrait prendre part au conflit comme un allié de la Grande-Bretagne. Pendant ce temps, à Vienne, le retour de l’empereur François-Joseph a été salué par des milliers de personnes massées le long de son parcours vers son palais de Schoenbrunn.

SUR LE TERRAIN
À Foca, sur la frontière bosniaque, les Serbes auraient attaqué les Autrichiens. Peut-être une réplique aux bombardements d’hier sur Belgrade. L’affrontement a été sanglant. Les Serbes ont été défaits. On compterait autour de 800 morts.

Des sources affirment que les mouvements militaires sont nombreux en Prusse laissant penser qu’un conflit majeur est maintenant inévitable.

PRÉPARATIFS
Depuis hier, la Russie a commencé à mobiliser ses troupes en vue d’une assistance à la Serbie et pour défendre ses frontières. Environ 1 280 000 hommes sont concernés et envoyés le long de la frontière avec l’Autriche.

En Allemagne, des ordres ont été donnés aux officiers et aux hommes de réserve de se tenir prêts à partir au premier signal. Le gouvernement a appelé 480 000 réservistes sous les drapeaux.

En Angleterre, la flotte anglaise a été placée en état d’alerte et tous les navires ont été rassemblés autour de leurs bases.

En France, les ministres ont siégé toute la nuit pour discuter de la crise. Tous les préparatifs militaires ont été faits. Il n’y a pas encore de mobilisation d’ordonnée, mais des informations sont données dans les journaux sur les lieux où les futurs combattants devront se rapporter. Depuis ce matin, les principales gares de chemin de fer, les signaux et les postes télégraphiques sont gardés par des troupes, comme en temps de guerre. Des soldats stationnés près de la frontière allemande ont reçu l’ordre de reculer de 10 kilomètres en signe de mesure d’apaisement.

En Hollande, la Gazette officielle publie ce matin une déclaration de neutralité absolue dans ce conflit.

ÉCONOMIE
Au plan économique, c’est la panique générale. Toutes les affaires sont paralysées. La Banque d’Angleterre a augmenté son taux directeur de 3 à 4%. Dans plusieurs pays, les gens se précipitent vers les banques pour retirer leur argent. En France, par exemple, les foules aux portes des banques sont deux fois plus nombreuses que celles d’hier. On rapporte déjà des pénuries de billets dans plusieurs établissements.

Au Canada, aucun signe de préparatifs, mais des banquiers interrogés craignent un impact économique très important au pays. Ils estiment cependant que le pays serait en meilleur position que les autres pour supporter une crise financière.

Laisser un commentaire